OGM: l'UE propose une solution à la carte qui fâche tout le monde

Un épi de maïs
Un épi de maïs - © Ronaldo Schemidt

Les pays européens qui ne veulent pas des organismes génétiquement modifiés pourront désormais s'abstenir d'en importer. Aujourd'hui face à l'absence de majorité claire en faveur ou contre les OGM, c'est la Commission européenne qui décide. Un processus que Jean-Claude Juncker, le président de la Commission avait promis de modifier. Mais la solution proposée ne satisfait personne.

Aujourd'hui, on trouve déjà une soixantaine d'organismes génétiquement modifiés importés sur le marché européen. Du coton, du maïs mais surtout du soja, destinés à l'alimentation animale. Des produits considérés comme sûrs pour la santé et l'environnement par l'Agence européenne pour la sécurité alimentaire mais pas par la majorité des citoyens européens. Plus de 60% d'entre eux ne font pas confiance aux OGM. Les 28 pays de l'Union, eux, étaient divisés et aucune majorité claire ne se dessinaient pour ou contre les OGM. A chaque fois, c'est la Commission qui devait trancher.

En proposant aux pays qui n'en veulent pas de s'abstenir d'importer des OGM, la Commission pensait sortir de cette impasse. Mais cette solution à la carte ne satisfait personne. D'un côté les pro OGM lui reprochent de saucissonner le marché intérieur, les règles ne seront plus les mêmes au sein des 28 et de l'autre, les anti OGM craignent que cette décision ne dope leurs importations en Europe. 

Bref, demain, ce ne sera plus à la Commission de décider du sort des OGM. Mais le dossier est loin d'être fermé pour autant.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK