Le nombre d'immigrés illégaux dans l'Union européenne a triplé en 2014

La plupart des immigrés illégaux se retrouvent en Libye. Un État défaillant où la loi n'est pas appliquée, ce qui favorise la mise en place de réseaux de trafic d'être humain. Aujourd'hui, la Libye est le principal point de départ des migrants vers l'Europe. Ils embarquent ensuite vers l'Italie, et cette nuit encore, les gardes côtes italiens sont venus à la rescousse de sept embarcations en provenance de Libye

Un vaste chantier sur l'immigration

Face à cette montée de l'immigration, l'Europe accélère le tempo et lance un vaste chantier. Initialement, l'Union européenne devait présenter une stratégie européenne pour la migration en juillet. Mais Frans Timmermans, le premier vice-président de la Commission, a annoncé ce mercredi qu'elle serait avancée à la mi-mai. Deux mois plus tôt que prévu en raison du haut sentiment d'urgence. La Commission a lancé un premier débat d'orientation qui préfigure ce que pourrait être cette stratégie. Visiblement elle s'articulera autour de quatre grands axes.

Parmi ces axes, l'amélioration du système d'asile. Comment? c'est encore assez flou. Aujourd'hui, c'est le pays qui accueille les migrants qui est responsable de l'examen de sa demande d'asile. On appelle ça le règlement de Dublin. Il fait porter un poids très lourd à l'Italie ou à la Grèce qui sont les portes d'arrivées de ces migrants. Mais il n'y a pas beaucoup de volonté de la part des autres États membres pour revenir sur ces règles.

Renforcer l'agence européenne Frontex

L'Europe veut aussi renforcer la protection de ses frontières, notamment en renforçant Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières extérieures de l'Union qui n'a pas vraiment les moyens de ses ambitions. Un budget de 100 millions d'euros par an pour coordonner les opérations de contrôle de l'immigration avec les États membre, ce n'est pas suffisant. C'est l'avis de Frans Timmermans : "Si on veut que Frontex en fasse plus, il faudra lui donner plus d'argent et on doit discuter ce point avec les États membres. Mais j'insiste, Frontex n'est pas une unité de garde frontière. Frontex doit assister les États membres à remplir leur mission de protection de nos frontières extérieures".

Renforcer Frontex permettrait notamment de développer une politique plus agressive contre les réseaux qui organisent cette immigration illégale.

Enfin, les Européens sont prêts à améliorer les possibilités d'une immigration légale, avec une réforme du système de la carte bleue européenne à la clé. Cette carte bleue est attribuée à des travailleurs hautement qualifiés. Un débat qui agite déjà certains États membres. L'Allemagne par exemple vient de mettre en chantier une nouvelle proposition de loi sur l'immigration. Une immigration choisie pour attirer des travailleurs qualifiés et surmonter le déclin démographique du pays.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK