La Belgique devrait envoyer une frégate contre les passeurs en Méditerranée

La frégate Léopold Ier pourrait appareiller dans les prochaines semaines pour participer à la mission européenne de lutte contre les passeurs en Méditerranée.
La frégate Léopold Ier pourrait appareiller dans les prochaines semaines pour participer à la mission européenne de lutte contre les passeurs en Méditerranée. - © KURT DESPLENTER - BELGA

L'Union européenne a lancé officiellement ce lundi une mission navale de lutte contre le trafic de migrants en Méditerranée. La Belgique pourrait envoyer une frégate pour y participer. Pour le moment, l'opération est limitée dans les interventions qu'elle peut mener, en l'absence d'un mandat du Conseil de sécurité. Les navires européens devraient pouvoir faire usage de la force, jusque sur les côtes libyennes d'où opèrent les réseaux.

Pour cela il faut soit l'accord des autorités libyennes, mais le pays est aujourd'hui en proie à l'anarchie, soit un feu vert du Conseil de sécurité des Nations unies. Pour le moment, l'opération ne bénéficie ni de l'un, ni de l'autre. Elle est donc réduite à des patrouilles loin des côtes, avec une efficacité limitée. Les dirigeants européens espèrent toujours obtenir l'autorisation de mener les opérations prévues: arraisonner des navires suspects, couler les embarcations des passeurs, voire bombarder leurs caches sur la côte.

Léopold 1er

La Belgique devrait envoyer un nouveau bâtiment militaire en Méditerranée pour participer à cette opération. Pour le moment, le Godetia prend part à l'opération Frontex de surveillance des frontières et de sauvetage des migrants en mer. Sa mission mission s'achèvera d'ici la fin juillet. Pour la nouvelle opération baptisée en jargon EU Navfor Med, le gouvernement pourrait envoyer la frégate Léopold 1er. La décision sera prise dans les prochaines semaines.

Ce lundi, les ministres des Affaires étrangères de l'Union ont formellement lancé cette mission navale. Les premiers déploiements de navires en Méditerranée sont attendus dans une semaine. Deux officiers de renseignement belges feront partie du Quartier général de l'opération, situé à Rome.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK