L'Union européenne est encore loin de ses objectifs environnementaux

L'Union européenne est encore loin de ses objectifs environnementaux (Illustration)
L'Union européenne est encore loin de ses objectifs environnementaux (Illustration) - © Flickr-Global Water Forum

L'Agence européenne pour l'Environnement vient de publier un rapport sur la pollution de l'eau, de l'air, la biodiversité ou encore le recyclage des déchets. C'est en fait tout l'environnement européen qui a été passé en revue. Le constat de ce rapport est sans appel : l'Europe est encore loin de ses objectifs environnementaux.

Dans les zones urbaines très exposées à la pollution automobile, plus de neuf citadins sur dix respirent un air trop chargé en particules fines. Cette exposition causerait la mort de près de 430 000 personnes par an selon le rapport de l'Agence européenne pour l'Environnement. En plus, il y a l'impact économique que cette pollution peut avoir sur les entreprises avec les nombreux arrêts maladie qui sont générés par une mauvaise qualité de l'air.

A la pollution de l'air, il faut aussi ajouter la pollution sonore. Et là c'est 10 000 morts de plus par an en Europe, dus à des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux. Des chiffres qui pourraient être largement sous estimés du propre aveu de l'Agence européenne de l'Environnement.

Moins de gaz à effet de serre mais plus de particules

C'est plutôt le signe que ce que fait l'Europe dans ce domaine ne marche pas mais, et c'est un peu le paradoxe de ce rapport, il démontre aussi que la mise en œuvre des politiques environnementales et climatiques a été dans l'ensemble bénéfique au fonctionnement des écosystèmes en Europe. Les émissions de gaz à effet de serre ont été divisées par cinq depuis 1990 malgré une augmentation de 45% de la production économique.

Mais cette chasse aux gaz à effet de serre a eu un effet pervers. Elle a favorisé les moteurs diesel par exemple qui envoient moins de CO2 dans l'atmosphère mais beaucoup plus de particules ou de dioxyde d'azote.

Détérioration de la biodiversité et des écosystèmes aquatiques

L'Europe n'a pas non plus atteint ses objectifs environnementaux en matière de biodiversité. Dans ce domaine, on peut clairement parler de détérioration. Sur la période 2007-2012, la majorité des espèces animales et végétales et les 3/4 de leurs habitats se trouvaient dans un état de conservation défavorable. On est bien loin de l'objectif européen de stopper la baisse de la biodiversité d'ici à 2020.

Pour la Belgique, mais aussi tout le bassin hydrologique des Pays-Bas ou du nord de l'Allemagne, c'est l'état des écosystèmes aquatiques qui pose problème. Pourtant, l'Europe s'est doté d'un texte de loi qui prévoit que toutes les eaux de surface comme souterraine devaient être dans un bon état écologique dès cette année.

Aujourd'hui, plus de 90% des lacs et rivières sont en mauvais état écologique. La faute à l'agriculture intensive, aux installations industrielles et à une forte densité de population.
Mais là aussi, la situation aurait pu être bien pire si l'Europe n'avait pas imposé des normes pour le traitement des eaux résiduaires et la construction de station d'épuration.

22% des déchets partent directement vers la décharge

L'économie circulaire, autrement dit l'économie du recyclage, est un autre aspect de la politique environnementale qui laisse à désirer. En moyenne dans l'Union européenne, 22% des déchets ne sont pas du tout valorisés et partent directement vers la décharge. Mais c'est une moyenne et la Belgique fait nettement mieux, elle est même dans le tiercé de tête des pays qui recyclent le plus.

Pour encourager les autres pays à suivre l'exemple belge ou allemand, la Commission avait prévu de sortir un projet de loi sur l'économie circulaire, avec des objectifs chiffrés et contraignants. Mais il a été retiré du programme de travail de la Commission il y a deux mois.

Un tableau plutôt noir que vert donc mais qui pourrait servir de piqure de rappel. Le rapport appelle à des transformations fondamentales dans les modes de production et de consommation en Europe pour relever les défis environnementaux. Mais il ne formule pas de politique, ce n'est pas la mission de l'Agence de l'Environnement. C'est à la Commission de faire des propositions et surtout aux 28 États membres de les mettre en pratique. Parce qu'on l'a vu, les texte aujourd'hui existent mais ils ne sont pas respectés.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK