L'opération Triton contestée par les ONG

migrants somaliens
migrants somaliens - © MC2 Daniel Barker - U.S. Navy

La nouvelle opération de surveillance des frontières méditerranéennes de l'Union européenne, baptisée Triton, a officiellement été mise en œuvre cette semaine. Cette opération fait suite à Mare Nostrum, la vaste opération menée par l'Italie suite au drame de Lampedusa. Mais les deux opérations ne rejoignent pas le même objectif…Et cela tient à leur origine.

Le 3 octobre 2013, il y a à peine plus d'un an, 366 candidats à l'immigration, des Somaliens et des Erythréens pour la plupart, trouvaient la mort dans le naufrage de leur embarcation au large de la Sicile.

Ce drame qui a poussé l'Italie à réagir en lançant cette vaste opération de sauvetage menée par sa marine elle-même: Mare Nostrum. Elle a permis de venir au secours de plus de 150000 personnes.

Le problème est que Mare Nostrum coutait cher. Environ 9 millions et demi d'euro par mois à la seule charge du contribuable italien. Et surtout, certains États membres ont vu gonfler le nombre de réfugiés à leur porte. Ils en ont déduit que Mare Nostrum encourageait l'immigration clandestine.

Pour ces raisons, Mare Nostrum s'est terminée le 31 octobre dernier pour passer la main à l'opération Triton, confiée à Frontex, l'agence européenne de surveillance des frontières. Comme son nom l'indique, elle n'a pas vocation à sauver les migrants mais à protéger les frontières de l'Union.

Conséquence aujourd'hui : les ONG et Le Haut Commissariat aux Réfugiés protestent. L'organisation onusienne se dit préoccupée par la situation et craint que la fin de Mare Nostrum ne génère davantage de décès en mer parmi les réfugiés et les migrants.

Selon Valérie Michaux, responsable campagne et communication d’Amnesty International, il faut s’inquiéter du fait que l’Europe remplace une mission humanitaire par une mission sécuritaire qui a pour objectif premier d’empêcher l’arrivée de migrants au sein de l’Union européenne.

Bien que l'on puisse malgré tout supposer que Triton veillera dans une certaine mesure à la sécurité des migrants, cette dernière opération bénéficie de bien moins de moyens financiers et humains que Mare Nostrum. Il y a donc des craintes à avoir quant à la survenance de nouveaux drames humains le long des côtes méditerranéennes…

RTBF avec le soutien de Euranet Plus, le réseau des radios européennes

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK