Gilles de Kerchove dans le Grand Oral: "Des attentats planifiés pour vendredi"

Pour le chef du contre-terrorisme européen, les prisons sont des incubateurs massifs de radicalisation.
Pour le chef du contre-terrorisme européen, les prisons sont des incubateurs massifs de radicalisation. - © EMMANUEL DUNAND - BELGAIMAGE

Invité du Grand Oral La Première-Le Soir, le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme salue l’action des services de renseignements belges, de la police et du Parquet. Gilles de Kerchove précise également que la menace terroriste reste très sérieuse. L’Europe, dit-il, "doit agir plus vite, plus fort".

Le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme tire un coup de chapeau à l’ensemble des services de sécurité belges, d’autant qu’ils ont travaillé avec des moyens limités. L’opération antiterroriste menée à Verviers et dans plusieurs communes bruxelloises n’a pas été improvisée suite aux attentats de Paris mais est le fruit de plusieurs mois de surveillance. Elle a surtout été menée au bon moment. "Les attentats devaient avoir lieu vendredi contre les policiers, ils sont intervenus le jour avant, donc chapeau ! La menace n’était pas abstraite, elle était très concrète. Il fallait agir."

"La menace reste très sérieuse et elle devient plus complexe"

Gilles de Kerchove précise qu’il n’a pas d’informations faisant état d’autres attentats en préparation parce qu’il n’est pas à la source de la collecte d’informations. Il est, précise-t-il, responsable de la coordination des politiques des États membres. Néanmoins il répète, comme il l’a déjà fait dans le passé, que la menace reste très sérieuse. Elle est surtout, dit-il, "plus complexe qu’avant". Lors des attentats du 11 septembre aux États-Unis, on était face à Al Qaida, une organisation terroriste pyramidale organisée comme une multinationale très hiérarchisée. Aujourd’hui nous devons faire face à une diversité de la menace. "Nous avons en Europe des gens qui ne sont pas nécessairement partis se former à l’étranger, qui ne sont pas en lien direct avec des organisations terroristes mais qui sont ‘inspirés’. C’est ce qu’Al-Qaida au Yémen, par exemple, cherche à faire : susciter des vocations à distance. C’est une catégorie de gens qui pourraient passer à l’acte. Autre catégorie : les combattants qui reviennent de Syrie, qui peuvent commettre des attentats de leur propre initiative ou sur ordre."

"Sharia4Belgium a joué un rôle dans le recrutement de jihadistes en Belgique"

La Belgique est le pays qui compte proportionnellement le plus grand nombre de "returnees" ces jeunes partis combattre en Syrie mais aussi de candidats au départ. Pourquoi ? Gilles De Kerchove est persuadé que Sharia For Belgium a joué un rôle important dans le recrutement. "C’est très intéressant de voir que les perquisitions menées ces derniers jours l’ont été dans les endroits où Sharia4Belgium était active. La première vague de jihadistes belges est constituée de gens qui ont été physiquement recrutés par Sharia dans des salles de sport, autour des mosquées et dans la rue. La deuxième vague de départ vient de ceux qui étaient sur place à qui on a demandé de recruter chacun 5 de leurs copains par Facebook. Ces départs sont la rencontre d’une vulnérabilité et d’une démarche active. Cette vulnérabilité est importante, il ne faut pas mettre de côté cette notion qualifiée par Erik Orsenna de 'terrorisme de désespérance'".

"Il y a une compétition pour le leadership du jihad international"

Autre élément à prendre en compte dans la complexification de la menace : la concurrence entre l’État Islamique et Al-Qaida. "Il y a une compétition pour le leadership du jihad international. Il y a un risque qu’Al-Qaïda, qui est en perte de vitesse, cherche à planifier un attentat à l’Ouest pour montrer qu’ils sont encore dans le jeu. Il faut encore ajouter un autre élément : il y a aussi une filiale d’Al-Qaïda en Syrie qui est constituée de vétérans de l’Afghanistan. Visiblement, ce petit groupe cherche à recruter ce que les Américains appellent des 'cleanskins', c’est-à-dire des Européens pas trop connus des services de renseignements et avec des passeports valides."

Ce groupe est en lien avec un artificier au Yémen qui a déjà tenté de commettre plusieurs attentats à la bombe dans des avions ou des cargos.

 

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK