Visites virtuelles de biens immobiliers : une pratique jugée déloyale par certains

Visite virtuelles de biens immobiliers : une pratique jugée déloyale par certains
Visite virtuelles de biens immobiliers : une pratique jugée déloyale par certains - © Pixabay License

Ils font partie des professions qui ne savent pas encore s’ils seront indemnisés ou non : les agents immobiliers. Pourtant, s’ils suivent les règles du confinement à la lettre, plus aucune activité n’est possible pour eux. Les visites de maisons et d’appartements sont en effet suspendues.

Certaines agences pensent pourtant avoir trouvé la parade : les visites virtuelles, que ce soit pour une location, un achat ou encore une estimation de bien. "Je ne suis absolument pas pour ce système-là", se positionne Pascal Stipulante, responsable de l’agence liégeoise Sogefim. "Ça n’est pas un gage de qualité. On perd le côté humain et de toute façon une seconde visite devra être organisée par la suite, après le confinement."

C’est du racolage

Faire visiter un bien par caméra et écran interposés, la pratique est-elle autorisée ? La réponse n’est pas si claire, mais en tout cas pour Pascal Stipulante, cela ne correspond pas à l’esprit du confinement. "L’agent doit dans tous les cas se déplacer pour faire la vidéo et j’estime qu’on ne peut pas parler ici de déplacement nécessaire."

Cette pratique représente surtout une concurrence déloyale pour les autres agences, celles qui décident de respecter à la lettre l’esprit du confinement. "C’est du racolage", juge l’agent immobilier liégeois. Ce qui le dérange tout particulièrement, ce sont les expertises de bien à distance. "Les visites, passe encore, ce sont des biens qui sont déjà à leur portefeuille. Mais ce qui pose vraiment problème, ce sont ces gens qui essaient d’avoir de nouvelles affaires, de nouveaux dossiers en faisant ces expertises virtuelles." Une pratique qu’il juge donc non seulement déloyale mais aussi peu fiable.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK