Vers un passeport vaccinal ? La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen propose un certificat sanitaire

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a proposé la création d’un certificat sanitaire lors d’une conférence de presse ce mardi midi. Il permettra de savoir si une personne issue de l’Union européenne est vaccinée, testée ou guérie. Ursula von der Leyen espère que le certificat sanitaire sera adopté avant l’été pour sauver la saison touristique. Ce document devra être accepté par tous les pays de l’Union et devrait permettra de rétablir la liberté de circulation des personnes, l’un des piliers de l’Union européenne, "d’une façon sûre, responsable et digne de confiance".

"70% de la population européenne adulte vaccinée à la fin de l’été"

La Commission européenne devrait atteindre son objectif de vacciner 70% des adultes d’ici à la fin de l’été. Par ailleurs ,"elle devrait recevoir 55 millions de doses de vaccin Johnson & Johnson, 200 millions de doses de Pfizer-BioNTech et 35 millions de doses Moderna, précise encore Ursula von der Leyen.

 

En revanche, l’entreprise pharmaceutique anglo-suédoise Astra Zeneca ne devrait livrer que 70 millions de doses d’ici fin juin au lieu des 180 millions prévues dans le contrat passé avec l’Union européenne, ce qui préoccupe les Européens. La Commission européenne a menacé ce mercredi de prendre des mesures plus sévères pour limiter ses exportations de vaccins anti-Covid en déplorant notamment l’attitude des Etats-Unis et surtout de la Grande-Bretagne.

La Commission menace les pays producteurs de vaccins

"Si la situation n’évolue pas, nous allons devoir réfléchir à la manière de rendre les exportations vers les pays producteurs de vaccins dépendantes de leur degré d’ouverture", a dit la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Elle a ajouté que l’UE allait "réfléchir au fait de savoir si les exportations vers des pays qui ont des taux de vaccination plus élevés que le nôtre sont toujours proportionnées".

Selon la Commission, l’UE a exporté ces six dernières semaines quelque 41 millions de doses vers 33 pays. "Nous exportons beaucoup de vaccins vers des pays qui en produisent eux-mêmes. C’est une invitation pour eux à 'être ouverts" à l’envoi de vaccins vers l’UE", a déclaré la présidente de la Commission européenne. Ursula von der Leyen a assuré que l’UE était prête à utiliser tous les outils nécessaires, après avoir rappelé l’existence du mécanisme de licences d’exportations de vaccins entré en vigueur le 1er février dernier. Ce mécanisme a déjà permis d’octroyer 314 licences, pour une seule refusée.

Le 9 mars dernier, le président du Conseil européen Charles Michel avait considéré que le Royaume-Uni et les États-Unis avaient décrété une interdiction pure et simple d’exportation de vaccins ou de composants produits sur leur sol.

Le secteur de l'aviation demande plus qu'un simple certificat

L'industrie aéronautique européenne est satisfaite de la proposition de la Commission européenne d'introduire un certificat de vaccination. Il faut toutefois aller plus loin, soutient-elle mercredi, appelant à un "plan de redémarrage plus large".

Selon les associations de compagnies aériennes (telles que l'Iata et Airlines for Europe) et les aéroports (ACI Europe), "ces certificats sont un outil essentiel pour permettre la relance sûre et efficace des voyages et du tourisme en Europe", commentent-ils dans un communiqué de presse.

Aéroports et compagnies aériennes appellent les États membres de l'UE à commencer dès que possible les préparatifs pour la mise en œuvre du certificat de vaccination, afin qu'il soit opérationnel pour le pic des voyages de l'été.

Il faut cependant en faire plus, ajoute dans la foulée l'industrie aéronautique européenne. Il est urgent d'établir une feuille de route comportant des conditions, des critères et un calendrier possible pour l'assouplissement et la levée des restrictions de voyage, souligne-t-elle.

Cela inclut également une politique de test uniforme. Tant que cela n'est pas en place, "des centaines de milliers d'entreprises de voyage et de tourisme à travers l'Europe, et leurs employés, restent dans l'incertitude quant aux perspectives de redémarrage et à leur planification", affirment les associations. "Et cela empêche également les Européens de prévoir des réunions de famille, des voyages d'affaires ou des vacances, des voyages qui seront cruciaux pour aider les économies européennes à se remettre sur pied."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK