Vaccin AstraZeneca et rares thromboses : suspendra, suspendra pas pour les moins de 60 ans ?

Le PRAC (Pharmacovigilance Risk Assessment Commitee) est un organe de l’Agence européenne des médicaments (EMA en anglais) composé d’experts scientifiques indépendants, responsable du suivi et du monitoring des médicaments à usage humain. Il assure donc la pharmacovigilance des vaccins contre le Covid-19, comme les risques d’effets indésirables. Il fournit des recommandations à l’Agence sur les mesures à prendre.

Ce mardi, il a la tâche difficile d’évaluer les risques de thromboses rares associées à des chutes de plaquettes (thrombopénies) chez des patients relativement jeunes, récemment vaccinés avec le vaccin AstraZeneca. Calculer les risques et les mettre en rapport avec les bénéfices n’est pas chose facile. Plusieurs pays européens, et non européens, ont déjà adopté des recommandations isolées, afin de ne pas utiliser ce vaccin chez les personnes plus jeunes (moins de 55 ou moins de 60 ans) : la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Islande, la Suède, la Finlande, et le Canada.

Et chez nous ?

Qu’en est-il de la Belgique ? Après un premier avis rendu la semaine dernière par la taskforce vaccination et le Conseil supérieur de la santé, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a demandé à ces instances de revoir leur copie et d’attendre l’avis de l’Agence européenne. Ce mercredi, la Conférence interministérielle des ministres de la Santé se prononcera pour la Belgique. Une décision lourde d’implications pour la stratégie de vaccination belge.

Une réunion des différents ministres belges de la Santé avait déjà planché sur le sujet jeudi dernier, mais de commun accord, la conférence avait demandé une analyse complémentaire au Conseil supérieur de la Santé : évaluer le rapport "coût bénéfice" (de santé) y compris pour les personnes de moins de 55 ou 60 ans, mais avec un facteur de comorbidité. Il s’agit de trouver le meilleur équilibre possible et de disposer d’un maximum d’analyses scientifiques pour évaluer au mieux. Le Conseil supérieur de la santé est également chargé de réaliser des calculs prévisionnels : quel impact en cas de limitation du vaccin AstraZeneca pour certaines tranches d’âge, ou au contraire, en cas de continuation à plein régime.


►►► A lire aussi : Thromboses et chutes de plaquettes sanguines : une piste d’explication pour les rares cas de jeunes patients vaccinés avec AstraZeneca


De plus en plus de scientifiques estiment que l’inquiétude doit être prise au sérieux : une rare association entre des thromboses et des chutes de plaquettes pourrait être un effet secondaire réel, inexpliqué, et rare. Ces problèmes de coagulation ont entraîné au moins 15 décès en Europe. Sept pays au moins ont signalé ce type de combinaison de symptômes, la plupart du temps chez des femmes de moins de 65 ans. Jusqu’ici, l’Agence européenne des médicaments a toujours déclaré que les avantages du vaccin l’emportaient sur les risques, mais elle a aussi affirmé qu’elle ne pouvait pas exclure que les soucis de coagulation soient liés au vaccin.

Il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin.

Les informations n’ont pas encore été rendues publiques par l’Agence européenne, suite à sa nouvelle réunion consacrée à ce sujet. Mais dans une interview au quotidien italien Il Messaggero publiée mardi.un responsable de l’EMA confirmerait l’existence d’un "lien" entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration.

"Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore […] Pour résumer, dans les prochaines heures nous dirons qu’il y a un lien, mais nous devons encore comprendre comment cela se produit", affirme Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l’Agence européenne des Médicaments (EMA).

L'examen est en cours. Pas encore de conclusion

Communication visiblement prématurée ? L’Agence européenne des médicaments a indiqué ensuite qu’elle était toujours en train d’évaluer si le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus est potentiellement lié à la formation de rares caillots sanguins, signalés dans plusieurs pays. Le comité de sécurité de l’EMA a affirmé à l’AFP qu’il "n’a pas encore abouti à une conclusion" et que "l’examen est en cours". Un point presse sera organisé dès que cet examen sera finalisé, a précisé l’agence, anticipant une annonce attendue ce mercredi ou ce jeudi.

JT du 06/04/2021 – Vaccin AstraZeneca et rares thromboses : suspendra, suspendra pas pour les moins de 60 ans ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK