Vaccin anti-coronavirus : 73 notifications d’effets indésirables dont 14 effets catégorisés comme graves

Chaque semaine, l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFPMS) publie un aperçu des effets déclarés comme indésirables par les personnes ayant reçu le vaccin contre le covid 19. Ce sont donc des professionnels de la santé ou des particuliers qui se sont fait vacciner qui les notifient via www.notifieruneffetindésirable.be.

Ensuite, une enquête a lieu pour voir s’il y a bien un lien de cause à effet entre la vaccination et l’effet rapporté. Comprenez : ce n’est pas parce qu’une personne meurt après s’être fait vacciner que c’est à cause du vaccin mais ce n’est pas exclu. C’est une enquête qui doit le dire. Les cas de décès sont traités en priorité.


►►► Lire aussi : Coronavirus en Norvège : pas de lien établi après des décès post-vaccination, selon l’autorité sanitaire


Concernant le vaccin de Pfizer-BioNtech appelé "Comirnaty", 100.443 doses ont été administrées depuis le début de la vaccination entre le 28 décembre 2020 et le 17 janvier 2021. Sur cette période, 73 notifications d’effets indésirables présumés ont été enregistrées dont 14 effets graves.

7 signalent un décès

Sur les 73 notifications en Belgique, 65 proviennent de professionnels de la santé et 8 ont été envoyées par les patients eux-mêmes ou un de leur proche. "La majorité des effets indésirables rapportés sont connus et décrits dans le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) et dans la notice du Comirnaty, note l’AFMPS dans son bulletin. Ces effets se sont généralement résolus en quelques jours après la vaccination." Il s’agit de douleurs à l’endroit de la piqûre ou encore de diarrhées.

2 images
© Tous droits réservés

Mais il y a aussi 7 décès rapportés. "Les patients étaient tous âgés de plus de 75 ans, quatre avaient plus de 90 ans, décrit l’agence en toute transparence. La plupart des patients présentaient des affections sous-jacentes qui ont pu contribuer au décès. Les décès rapportés ne présentent pas un tableau clinique commun." Autrement dit, tous les patients n’avaient pas le même état de santé.

À ce jour, aucune relation de cause à effet

L’AFMPS précise : "À ce jour, aucune relation de cause à effet n’a été formellement établie avec le vaccin contre la COVID-19. Dans ce groupe cible vulnérable qui est actuellement vacciné, il faut tenir compte de l’apparition de graves problèmes de santé et de décès indépendamment de la vaccination." Cela signifie donc que les patients vaccinés souffraient peut-être d’autres problèmes de santé et étaient peut-être même déjà infectés par le covid 19.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK