Un appareil pour détecter en temps réel la présence de Covid dans l’air : la solution pour un retour à la normale dans les entreprises ?

Voilà une trouvaille qui va peut-être amorcer un retour à une vie (presque) normale dans les entreprises. La société canadienne BioCloud Kontroler a mis au point un appareil de détection du Covid dans l’air ambiant. Le principe est simple : dans une salle de réunion, par exemple, l’air est aspiré en permanence dans cette machine et mis en contact avec un réactif. S’il y a du Covid dans l’air, le réactif produit un gaz, détectable, qui enclenche une alerte.

Cette technologie prometteuse arrive donc chez nous via une entreprise implantée à Louvain-la-Neuve. Il s’agit de la société Mirrhia, spécialisée dans le monitoring environnemental de locaux stériles utilisés pour la fabrication de vaccins et de médicaments. Curieux et toujours à l’affût des nouveautés, le patron de Mirrhia, Jean Martin, a repéré sur Internet cette invention canadienne et obtenu de BioCloud Kontroler de pouvoir commercialiser son produit en Belgique, aux Pays-Bas et au Grand-Duché de Luxembourg.

Deux technologies couplées

Mais le rôle de Mirrhia ne se limite pas à cela. Son propre savoir-faire a séduit son partenaire canadien. Couplé à un logiciel de pointe élaboré par la société néo-louvaniste, le détecteur de Covid peut envoyer les signaux d’alerte à une personne-ressource désignée au sein de l’entreprise, pour qu’elle puisse intervenir rapidement.

"Dans une pièce qui fait jusqu’à 160 m³, l’appareil va détecter en trois minutes de manière certaine s’il y a un problème ou pas, explique Jean Martin. Et ça peut aller plus vite, ça dépend si les personnes se trouvent à côté l’appareil où à l’autre bout de la pièce."

Si l’appareil détecte la présence de Covid, même en faible quantité, l’alerte est donc lancée. L’intervention de la personne-ressource permet alors de mettre les occupants du local en sécurité et d’éviter de nouvelles contaminations.

"Actuellement, quand vous croisez quelqu’un qui a le Covid, vous ne le savez que trois ou quatre jours après. Et entretemps, vous avez pu diffuser la maladie vers d’autres personnes si vous l’avez prise vous-même. Ici, on intervient dans les cinq minutes, on évite le phénomène de contagion et on évite ce délai de trois jours avant de pouvoir réagir."

Un marché gigantesque

Evidemment, si l’appareil ne détecte rien, les occupants de la pièce peuvent travailler et discuter sans masque, en toute sécurité.

"Ça permet de retravailler normalement dans les entreprises, affirme Jean Martin. A priori, si vous mettez un appareil dans une salle de réunion, vous êtes certains que personne n’a le Covid. Et si quelqu’un l’a, vous savez que ce sera détecté quasi immédiatement."

Ce dispositif pourrait bien séduire de nombreuses entreprises, administrations, écoles ou hôpitaux. Mirrhia, qui a eu le nez fin, estime qu’un million de sociétés ou d’organisations du Benelux pourraient être intéressées par cette technologie. La commercialisation est sur le point de commencer.

Sur le même sujet…

JT du 11/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK