Tests sérologiques rapides : plainte à l'Ordre des médecins contre le Dr Bouillon

Le Professeur Elie Cogan, au nom du mouvement citoyen "Take care of care" (créé dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire) vient de déposer une plainte au Conseil de l’Ordre des médecins contre le Dr Bouillon, estimant qu’il met en danger la population. Le Dr David Bouillon, un médecin généraliste montois, organise la réalisation de tests de détection de l’infection par le SARS-CoV-2, le virus de la maladie Covid-19, dans plusieurs communes du Hainaut. Il est particulièrement actif du côté de Châtelet. Pour 20 euros, payés en espèces et non remboursés, il rédige ensuite une attestation indiquant si le test est négatif ou positif.

2 images
Plainte à l'Ordre des médecins contre le Dr Bouillon, qui pratique des tests Covid-19 illégaux © Tous droits réservés

"Négatif" ?

Or, il s’agit de tests sérologiques rapides de la marque Medakit, dont la réponse est immédiate, et qui sont aujourd’hui toujours interdits (lorsqu'ils sont pratiqués en tant qu'autotests, sans médecin) par un arrêté royal. Ces tests ne détectent donc pas le virus (comme les tests PCR actuellement réalisés par frottis dans le nez), mais la présence éventuelle d’anticorps qui montrent que la personne a été en contact avec le virus. Lorsque le test indique "négatif", cela veut dire que la personne n’a pas encore été en contact avec le virus, et qu’elle risque donc d’être infectée…

L’auteur de la plainte auprès du Conseil de l’Ordre se fonde sur le fait qu’à ses yeux, le Dr Bouillon met en danger la population en diffusant une information fausse, selon laquelle un test négatif serait rassurant pour la personne testée.

►►► À lire aussi : Un test du coronavirus à faire chez soi en 15 minutes, fiable ou pas ?

"United people", jusque dans les tests

Le Docteur Bouillon est aussi le membre du "mouvement citoyen apolitique" "United People", le parti aux quatre présidents. Ex-membre du mouvement "Mons en Mieux" (ERM) mené par l’actuel Président du MR Georges-Louis Bouchez, il avait quitté ce mouvement à la veille des élections fédérales de mai 2019 pour rejoindre Les Listes Destexhe. Dans ce mouvement, comme Premier président, il y a Frédéric Baugniet (dit "Fred Panpan Bonnier"), qui avait revendiqué sur Facebook le fait d’être islamophobe, et provoqué ainsi le départ des 2 autres présidents du mouvement (Paolo Criscenzo et David Magri).

Pour réaliser les tests sérologiques Medakit, le Dr Bouillon s’est associé son coprésident Frédéric Baugniet, qui était en connexion avec l’entreprise Medakit, qui développe ces tests, disponibles en ligne pour 29,90 euros.

Le Conseil provincial du Hainaut de l’Ordre des médecins a publié un communiqué. Sans mentionner le nom du Dr Bouillon, il se dit "interpellé par de nombreux praticiens qui s’inquiètent des dangers de l’organisation de tests sérologiques rapides Covid-19 (Medakit). Il met en garde la population contre ce genre de démarche qui risque de donner de fausses assurances à ceux qui y répondent."

Pour rappel, lorsqu’ils sont réalisés sous prescription médicale, le coût des tests sérologiques pour la maladie Covid-19 est pris en charge par l’assurance-maladie.

Medakit réagit

Le CEO et fondateur de la société Medakit, Mike Touzard a réagi : la firme rappelle que seuls les autotests sont interdits en Belgique. Réalisés par un médecin, les tests Medakits ne se trouvent pas dans ce cas de figure. Le Dr Bouillon est donc autorisé à les faire. Pour la firme, "un test négatif est rassurant pour toute personne qui passe un test. Que cela soit un test COVID ou autre." Medakit ajoute cet avertissement : "en aucun cas, un test négatif ne signifie une non-infection au Covid-19. Les résultats doivent être utilisés par des professionnels en combinaison avec les observations cliniques et d'autres méthodes de test telles que le test PCR" . 

Medakit compte réagir auprès du Conseil de l'Ordre des médecins du Hainaut, suite à son communiqué de presse. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK