Pierre-Yves Dermagne : " Nous avons sans doute été trop frileux avec la Culture "

Le ministre de l'Économie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne affirme que le gouvernement aurait pu tenter "plus de choses" avec ce secteur.
Le ministre de l'Économie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne affirme que le gouvernement aurait pu tenter "plus de choses" avec ce secteur. - © RTBF

La Culture ne cesse de le répéter : le secteur n’a pas été suffisamment soutenu ces derniers mois. Alors quand ils apprennent notamment qu’Indochine se produira devant 5000 personnes à Paris dans les prochaines semaines, le secteur s’agace : "Nous avons essayé au Rideau de mettre en place une représentation avec testing préalable… Mais nous n’avons pas été soutenus ! Cette opération a un coût que nous étions censés prendre en charge nous-mêmes. Ce n’était pas possible", regrette Cathy Min Jung, directrice du Théâtre le Rideau à Bruxelles. "Le soutien ne passe pas seulement par ces aides financières dérisoires, mais aussi par le fait de nous aider à pratiquer la culture qui est un droit fondamental, humain et essentiel."

Alors le gouvernement a-t-il été trop dur avec la Culture ? C’est un oui pour le ministre de l’Economie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne. "Nous avons sans doute été trop frileux avec la Culture. Nous aurions pu tenter autre chose", a-t-il reconnu, au même titre que l’épidémiologiste de l’ULB, Yves Coppieters sur le plateau de QR le débat ce mercredi. "Aujourd’hui, il y a vraiment un besoin de relancer progressivement ces activités au bénéfice de toutes et tous." Et pour cela, le ministre privilégie la mise en place d’expériences pilotes, comme le réclament les acteurs. "Cela s’organiserait d’abord en extérieur, puis rapidement en intérieur. Et cela figure dans la décision du Comité de concertation de vendredi dernier."

"Que l’on soit bien clair", ajoute Georges-Louis Bouchez, président du MR. "Les phases tests doivent se faire maintenant pour envisager des réouvertures dans le courant du mois d’avril ou du mois de mai. Et sur base des résultats de ces tests, nous pourrons alors avoir les protocoles qui nous permettent d’avancer."

Il promet d’interpeller prochainement le ministre de la Santé à ce sujet. "Des budgets ont déjà été débloqués à la Communauté française, par exemple, pour soutenir l’un ou l’autre projet test qui a été présenté."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK