Où en est le candidat vaccin de Sanofi et GSK contre le coronavirus ? Une étude clinique de phase II démarre

Le groupe français Sanofi et le géant pharmaceutique GSK, qui fabrique son adjuvant en Brabant wallon, n’ont pas abandonné leur projet de vaccin contre le Covid-19, à base de protéine recombinante. La disponibilité de ce vaccin est attendue tardivement, mais toujours attendue, au 4e trimestre de 2021.

Les partenaires commencent une nouvelle étude de phase II avec 720 volontaires âgés de plus de 18 ans. L’objectif est de sélectionner la dose d’antigènes la plus appropriée pour lancer ensuite, au trimestre de 2021, l’évaluation de phase III. Il s’agit d’une étude en double aveugle, randomisée, avec deux doses administrées à 21 jours d’intervalle. Un nombre équivalent d’adultes âgés de 18 à 59 ans et de plus de 60 ans seront recrutés dans l’étude. Trois doses différentes d’antigènes combinées à une dose fixe d’adjuvant seront évaluées auprès de ces volontaires recrutés aux Etats-Unis, au Honduras et au Panama.

Parallèlement à cette nouvelle étude de phase II et compte tenu de l’émergence de nouveaux variants du SARS-CoV-2 dans le monde et de leur impact potentiel sur l’efficacité des vaccins, Sanofi a commencé des recherches sur les nouveaux variants, dont les résultats seront utilisés pour orienter les prochaines étapes du programme de développement de Sanofi/GSK.

Rétroactes 

En décembre 2020, les résultats de l’étude de phase I/II  ont montré, chez des adultes âgés de 18 à 49 ans, une réponse immunitaire comparable à celle observée chez des patients s’étant rétablis de la Covid-19, mais une réponse immunitaire inférieure chez les adultes plus âgés, en raison vraisemblablement d’une concentration insuffisante d’antigènes.

Un autre candidat vaccin à ARN messager

En plus du développement d’un vaccin à base de protéine recombinante, en collaboration avec GSK, Sanofi développe également un candidat vaccin à ARN messager en partenariat avec Translate Bio. Des données précliniques encourageantes ont montré que deux injections du vaccin à ARNm induisent la production d’une concentration élevée d’anticorps neutralisants, comparables aux concentrations situées dans la fourchette supérieure observée chez des sujets humains infectés. Sanofi et Translate Bio prévoient de commencer une étude de phase I/II au premier trimestre de 2021.

Sanofi a par ailleurs annoncé récemment la conclusion d’un accord avec Pfizer-BioNTech aux termes duquel Sanofi participera à la production et à la distribution de plus de 125 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de ces deux entreprises.

 

Sur le même sujet: 11/12/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK