Le trouble jeu de Donald Trump: officiellement "rouvrir l'Amérique" mais laisser le dernier mot aux gouverneurs

Pour le président américain, il est temps de "faire redémarrer l’Amérique", alors que le pays vient de franchir ce jeudi soir le cap des 33.000 morts dus à la pandémie du Covid-19, mais pour Donald Trump.

Déterminé à réduire la facture économique, Donald Trump a annoncé hier soir lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche qu’en raison du ralentissement de la pandémie, "des grandes parties du pays pouvaient songer à rouvrir". Des pans entiers de l’économie sont en veille et plus de 22 millions de personnes se sont inscrites au chômage au cours des quatre dernières semaines.


►►► À lire aussi : Coronavirus aux USA : les demandes de chômage explosent, 5,2 millions en une semaine


Concrètement, pour relancer l’économie, le président avait annoncé dans un premier temps annoncé qu’il voulait garder la main sur le déconfinement des Etats-Unis. Finalement, il a rétropédalé et a annoncé que ce seraient les gouverneurs des 50 Etats qui décideraient du calendrier de leurs déconfinements respectifs.

Donald Trump a donc adressé des recommandations aux Etats : faire redémarrer l’activité et lever les restrictions liées au coronavirus en trois étapes, en fonction de la décrue de la propagation de l’épidémie et des spécificités économiques locales. Il s’agit donc d’une "feuille de route", à l’instar de ce que l’Union européenne a présenté à ses propres Etats membres.


►►► À lire aussi : Coronavirus : télétravail, écoles, personnes âgées… Les mesures de déconfinement recommandées par l’UE


Une grande disparité entre les Etats

Selon le président américain, les Etats sont très diversement touchés par le virus. "Quand vous regardez le Montana, le Wyoming, le Dakota du Nord ", moins touchés par la pandémie, " c’est très différent de New York, c’est très différent du New Jersey ", très affectés par le coronavirus.  

Selon le président, certains Etats pourraient "littéralement" entamer le déconfinement "dès demain".

Les Etats américains les plus touchés

Le gouverneur de New York Andrew Cuomo a annoncé ce jeudi le prolongement jusqu'au 15 mai des mesures de confinement dans cet Etat épicentre de l'épidémie américaine. Il a également annoncé mercredi un décret qui obligera, à partir de ce vendredi soir, les New Yorkais à porter un masque dans tous les lieux publics où la distance réglementaire de deux mètres ne peut pas être respectée, à commencer par les transports en commun ou les supermarchés.

Néanmoins, le nombre de morts journalier dans cet Etats est au plus bas depuis 10 jours. Andrew Cuomo a déclaré lors de son point presse quotidien qu'il voudrait "voir le taux d'infection baisser plus encore"

Le gouverneur, qui réclamait des milliers de respirateurs fin mars pour faire face à l'afflux de malades dans les hôpitaux, en envoie maintenant dans d'autres Etats très touchés par le virus: le New Jersey, le Michigan et le Maryland. 

6 images
Deux personnes portant des masques marchent à Washington, DC, le 16 avril 2020. Les pertes d’emplois dues à la pandémie du Covid-19 aux États-Unis ont atteint 22 millions jeudi, selon les données du gouvernement. © AFP

Trois étapes clés

La première étape du déconfinement d’un état américain pourra être enclenchée lorsqu’il enregistre une diminution des cas de Covid-19 sur une période de 14 jours et que ses hôpitaux ne sont plus submergés par l’afflux de patients. Cela pourra être décidé sur la base de données " vérifiables " pour éviter une relance du virus.

Les restaurants et clubs de sport pourront rouvrir sous certaines conditions, mais pas les bars. Les écoles fermées le resteront. Le port du masque de protection en public sera "fortement" conseillé, le télétravail devra rester la règle autant que possible et les mesures de distanciation sociale seront maintenues.

Les personnes les plus vulnérables devront rester confinées et les voyages non-essentiels "minimisés".

Si aucun "rebond" de l’épidémie n’est constaté, la phase deux pourra s’enclencher, avec notamment une réouverture des écoles et la reprise des voyages.

La levée des restrictions et du confinement, lors d’une troisième phase, interviendra lorsque l’absence de résurgence de l’épidémie serait confirmée.

Une grande disparité entre les Etats

"Quand vous regardez le Montana, le Wyoming, le Dakota du Nord", des Etats relativement épargnés par la pandémie, "c'est très différent de New York, c'est très différent du New Jersey", les plus touchés, a relevé le président. Certains Etats pourraient redémarrer "littéralement demain", a-t-il estimé.
 

Les Etats les plus touchés

L'Etat de New York est de loin le plus touché par l'épidémie aux Etats-Unis, avec plus de 210.000 cas confirmés du coronavirus et plus de 11.500 morts déjà officiellement recensés. Le gouverneur de New York a annoncé jeudi le prolongement jusqu'au 15 mai des mesures de confinement.

Je voudrais voir le taux d'infection baisser plus encore. La politique de confinement restera appliquée jusqu'au 15 mai

Depuis plusieurs jours, les signes d'une stabilisation de l'épidémie se multiplient. "Je voudrais voir le taux d'infection baisser plus encore. La politique de confinement restera appliquée jusqu'au 15 mai", a-t-il ajouté. 

La situation semble donc se calmer, au point que le gouverneur, qui réclamait des milliers de respirateurs fin mars pour faire face à l'afflux de malades dans les hôpitaux, en envoie maintenant dans d'autres Etats : le New Jersey, le Michigan et le Maryland.  M. Cuomo travaille avec les gouverneurs de cinq autres Etats -- New Jersey, Massachusetts, Pennsylvanie, Delaware, Rhode Island -- pour essayer de définir ensemble les conditions d'une reprise de l'activité économique. Il a expliqué ces derniers jours qu'ils réfléchissaient ensemble à voir quelles étaient les entreprises et organisations dont les activités étaient les moins risquées en termes de propagation du virus, qui pourraient ête les premières à être autorisées à redémarrer.


►►► À lire aussi : Voyage dans le comté le plus "pro-Trump" des USA, 90% des électeurs ont choisi Donald Trump


 

6 images
Une travailleuse médicale avec "la foi sur la peur" sur son masque fait une pause à l’extérieur d’une zone spéciale d’admission de coronavirus au centre médical de Maimonides le 16 avril 2020 à New York. © Tous droits réservés

Des garde-fous

"Nous n’ouvrons pas tout d’un coup, on rouvre prudemment pas à pas ", a précisé Donald Trump, qui veut également que la sortie du confinement se fasse grâce à une généralisation des tests de dépistage. Selon lui, les Etats devront s’adapter rapidement et "répondre à toute résurgence du virus".

Nous serons très vigilants pour empêcher le virus de revenir par l’étranger

"Nous serons très vigilants pour empêcher le virus de revenir par l’étranger", a encore dit Donald Trump.

6 images
Un agent de sécurité d’un casino de Las Vegas dirige la circulation alors que les véhicules font la queue pour entrer dans un drive-in d’une banque alimentaire, site de distribution de nourriture d’urgence en réponse à une augmentation de la demande dans © AFP – 16 avril 2020

L’économie américaine en berne

Publiés jeudi, les chiffres des nouvelles demandes d’allocations-chômage confirment le désastre économique en cours : 5,2 millions de personnes qui ont rempli un dossier pour la première fois. Depuis un mois, plus de 22 millions de personnes ont dû aller pointer au chômage après avoir perdu leur emploi ou subi une baisse drastique de leur activité.

Tous les secteurs de l’économie américaine, florissante en début d’année, ont souffert dès le mois de mars, tombant souvent à des niveaux pires que ceux de la Grande récession de 2009.


►►► À lire aussi : Coronavirus aux USA : le virus comme ultime menace sur la Poste américaine à bout de souffle ?


La consommation, moteur de la croissance américaine, a même calé, avec des ventes au détail en baisse de 8,7%. Quant à la construction immobilière, autre secteur important, elle a freiné de 22,3% le mois dernier.

Il faudra "probablement un an ou deux, quelques années, pour que l’économie américaine retrouve son plein potentiel".

Il faudra "probablement un an ou deux, quelques années, pour que l’économie américaine retrouve son plein potentiel", a prévenu le président de la Fed de New York, John Williams.

6 images
Des voyageurs traversent l’aéroport John F. Kennedy (JFK) quasiment vide en raison de la réduction des voyages à cause du coronavirus le 16 avril 2020 à New York. Certains vols nationaux et internationaux sont toujours en partance et à l’arrivée, mais de © AFP

Sujet dans notre journal de la mi-journée

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK