Le Conseil supérieur de la Santé recommande désormais le vaccin d'AstraZeneca dès 18 ans, sans limite d'âge

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a sollicité le 26 février dernier l’avis du Conseil supérieur de la Santé (CSS) à propos de l’adaptation des recommandations existantes en matière de vaccination contre le SARS-CoV-2 des populations fragiles. L’avis du CSS est une aide à la décision pour la Taskforce vaccination et les ministres de la Santé qui se réunissent demain.

Il lui a posé plusieurs questions. La première portait sur le point suivant : peut-on recommander le vaccin développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford pour les Belges de plus de 55 ans ? Dans un premier temps, le CSS n’avait recommandé ce vaccin que pour les personnes de 18 à 55 ans. Cette décision provisoire reposait sur l’absence de données suffisantes pour cette tranche d’âge, dans l’essai clinique de phase 3.

AstraZeneca : recommandé dès 18 ans, sans limite d’âge

Le Conseil supérieur de la Santé a revu sa recommandation, car de nouvelles données sont disponibles. Le Royaume Uni vaccine en effet sa population avec le vaccin AstraZeneca, tout comme celui de Pfizer-BioNtech, et dispose d’informations sur l’efficacité des deux produits, sur 7,5 millions de Britanniques de 70 ans et plus. L’étude publiée le 1er mars par Public Health England (PHE) montre que les deux vaccins sont aussi efficaces pour éviter l’hospitalisation. Dans les deux cas, trois à quatre semaines après une première dose, l’efficacité monte à 80% pour les personnes de plus de 80 ans. Le vaccin d’AstraZeneca montre une efficacité de 60 à 73% après la première dose, pour éviter la maladie chez les 70 ans et plus. Plus de raison, donc, pour le CSS belge de mettre une limite d’âge, même si elle était prudente à l’époque. Le vaccin d’AstraZeneca est donc recommandé chez les personnes de plus 18 ans, sans limite d’âge supérieure en Belgique. Le Conseil supérieur de la Santé estime les données anglaises et écossaises rassurantes à ce sujet.

Yves Van Laethem, président de la section vaccination du Conseil supérieur de la santé : "Nous nous sommes basés sur 3 papiers récents, l’un venant de la partie écossaise, un de la partie anglaise du Royaume Uni. Il s’agit de preprints. Il y a aussi une étude israélienne observationnelle.

L’article écossais analyse les données sur 5,4 millions d’Ecossais en conditions réelles. L’étude se base sur l’impact de la vaccination (une dose) sur la diminution des admissions à l’hôpital. On voit une réduction drastique pour les 2 vaccins, Pfizer et BioNtech. Avec AstraZeneca, on a une réduction de 81% des hospitalisations chez les patients vaccinés majoritairement avec AstraZeneca. Cette étude nous sert pour interpréter qu’on a un vaccin qui a une efficacité du même ordre de grandeur que celui de Pfizer chez les personnes âgées."

Pfizer : 35 jours maximum entre 2 doses

La 2e question posée au CSS était la suivante : Est-il possible d’administrer la 2e dose du vaccin Pfizer/BioNTech après 42 jours au lieu de 21 jours ? Cette question, le Royaume Uni y a déjà répondu depuis longtemps par l’affirmative, allant jusqu’à 6 semaines d’intervalle, au lieu de 3 recommandées par le fabricant. En France, l’Agence nationale de Sécurité du médicament et des produits de Santé, l’ANSM, a publié un avis estimant que "l’évidence disponible à ce jour ne suggère pas de risque particulier à retarder l’injection de la deuxième dose de quelques jours mais ne permet pas de recommander un délai qui dépasserait 42 jours".

L’étude observationnelle publiée en Israël s’intéresse au vaccin de Pfizer. Elle porte sur 600.000 patients. On regarde l’efficacité entre 14 et 20 jours après la 1re dose : elle est de 57% contre les symptômes après la 1re dose, et de 94% après la 2e dose. "Cette étude montre l’importance du gain occasionné par une 2e dose", explique le Dr Yves Van Laethem.

A ce sujet, le Conseil supérieur de la santé estime que l'intervalle "doit rester aussi proche que possible des 21 jours. On peut envisager un allongement jusqu'à 42 jours, mais il faut préférer 35 jours à 42 jours comme délai maximal." Si un allongement s'avère nécessaire, pour des raisons de santé publique, le CSS recommande donc un maximum de 35 jours. 

Pas de dose unique pour les vaccins actuels

La troisième question posée au CSS était savoir s'il était possible de donner une seule dose au lieu de deux pour les 3 vaccins actuellement disponibles en Belgique (Pfizer-BioNtech, Moderna, et AstraZeneca). Le Conseil supérieur de la Santé répond tout simplement non, pour des raisons d'efficacité de la réponse immunitaire.  Pour une seule dose, il faudra attendre le vaccin de Johnson & Johnson (Janssen), pour lequel l'Agence européenne des Médicaments doit rendre un avis le 11 mars prochain. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK