Elio Di Rupo : "Il n'est pas impossible que le gouvernement wallon se réunisse pour prendre des mesures additionnelles"

Elio Di Rupo : "il n’est pas impossible que le gouvernement wallon se réunisse pour prendre des mesures additionnelles"
Elio Di Rupo : "il n’est pas impossible que le gouvernement wallon se réunisse pour prendre des mesures additionnelles" - © Tous droits réservés

Le gouvernement wallon et le gouvernement bruxellois ont pris des décisions plus strictes et plus fortes que celles annoncées par le fédéral. Lors de la conférence de presse, vendredi dernier, Elio Di Rupo est le premier à avoir parlé de reconfinement, un mot tabou ces dernières semaines. Selon lui, il n’est jamais trop tard pour prendre de nouvelles décisions et d’autres restrictions ne sont pas à exclure : " chaque jour, il y a des choses qui évoluent. Il n’est pas impossible que dans quelques jours, le gouvernement de Wallonie se réunisse pour prendre des mesures additionnelles. On ne le sait pas encore mais on ne l’exclut pas ".

Eviter les drames

A travers ces nouvelles restrictions, les autorités recherchent un équilibre pour éviter les drames, "on essaie de ne pas bloquer toute la société parce qu’il y a beaucoup de drames : le drame sanitaire, le drame médical mais également les drames économiques, sociaux et psychologiques". Afin de ne pas susciter de drames, le confinement généralisé ne semble pas une option pour le ministre-président wallon.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


L’école à distance

Dimanche soir, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a opté pour l’enseignement à distance pour les élèves du secondaire dès ce mercredi 28 octobre. "J’ai lu le rapport qui indique clairement que l’école n’est pas responsable de la propagation de l’épidémie mais le virus est tellement intense qu’elle a une influence déterminante et surtout, en secondaire via le corps professoral", explique Elio Di Rupo. La mise en place de ce scénario permettra, selon le rapport des experts, de mieux contrôler l’épidémie dans les établissements scolaires et de repartir sur de nouvelles bases dans la durée.

Je m’attends à des drames dans les hôpitaux

Un certain nombre d’infirmiers et d’infirmières est requis pour pallier les absences et renforcer les équipes. Le problème c’est que ce personnel est en sous-effectif. Vendredi dernier, lors de la conférence de presse, le gouvernement wallon a fait un appel aux bénévoles ayant une formation en médecine ou en infirmerie pour aider certains malades qui ne sont pas considérés comme gravement malades mais qui, toutefois, ont besoin de soins hospitaliers. "Ce qu’on espère c’est qu’il y aurait encore un peu de personnel qui serait disponible. Le bénévolat ne signifie pas la gratuité et bien sûr une rémunération ainsi qu’une assurance Ethias sont prévues". Une semaine qui, encore une fois, sera très difficile puisque la Belgique vit une situation exponentielle. "L’épidémie va continuer cette semaine. Je m’attends à des drames dans les hôpitaux".

Elio Di Rupo appel à la conscience citoyenne

"De grâce, ne vous réunissez pas à plusieurs, de grâce n’invitez personne dans votre foyer pendant 2 semaines, de grâce faites en sorte de porter le masque partout où il y a des personnes. On doit travailler maintenant. Les résultats de ceci seront connus que dans 10 à 14 jours, mais il faut le faire" conclut Elio Di Rupo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK