"Derrière les chiffres", épisode 1 : 2000, comme le plafond de lits Covid en soins intensifs

Chaque vendredi, la RTBF a choisi, en collaboration avec l’épidémiologiste de l’ULB Marius Gilbert, de vous éclairer sur un chiffre de la pandémie de covid-19. Pour cette première édition de notre rubrique "Derrière les chiffres", nous optons pour le nombre "2000". Il s’agit du nombre-plafond de lits occupés en soins intensifs. Ce nombre est l’indicateur principal à surveiller dans notre pays, car il permet d’anticiper une saturation de notre système hospitalier. La Belgique a réservé 2000 lits pour les patients Covid, sur un total d’environ 2800. Au 1er septembre, on était seulement à 68 lits occupés.
Combien de temps reste-t-il pour atteindre le seuil critique ? Vous pensez peut-être qu’on a encore un mois ou deux ? Pas du tout, car la courbe ne suit pas une croissance linéaire, mais bien exponentielle.

Pour vous donner une idée, voici la représentation d’une croissance exponentielle d’une épidémie. Vous voyez comment une petite intervention dès le début évite des conséquences catastrophiques.

Merci les maths

Et c’est là que nos mathématiques, qui parfois nous ont donné du fil à retordre dans nos années d’étude, trouvent toute leur utilité : la courbe des hospitalisations ne suit pas une croissance linéaire, mais exponentielle. Ne prenez pas peur, c’est simple. Prenons un exemple : vous investissez chaque année 2 euros auprès d’une banque. Au bout de 20 ans, vous avez gagné 40 euros. C’est la croissance linéaire.

Mais si votre banquier est naïf et qu’il accepte de doubler la mise chaque année, au bout de 20 ans, vous aurez… 1.048.576 euros (soit 2 puissance 20). Ce n’est pas la même chose… C’est la croissance exponentielle.

On raconte aussi, comme le fait The Conversation, la légende de Sissa. Une fable indienne raconte que le roi Belkbib promit une récompense à qui le distrairait de façon inédite. Le sage Sissa lui présenta un jeu d’échecs. Belkib lui demanda ce qu’il souhaitait en contrepartie. Sissa demanda alors au roi de poser un grain de riz sur la première case de l’échiquier, deux sur la deuxième, quatre sur la troisième, et ainsi de suite en doublant le nombre de grains à chaque case. Il dit qu’il se contenterait des grains déposés sur la 64ᵉ et dernière case du jeu. Sans se douter de ce que cela représenterait, le roi dit oui. En réalité, il allait lui falloir près de 10 milliards de grains de riz, au terme de la case 64 ! Des siècles ne suffiraient pas à produire cette quantité.

Et c’est ce qui se passe dans nos hôpitaux. Depuis le 1er septembre, les admissions en soins intensifs sont multipliées tous les jours par un facteur 1,065. Cela ne se remarque pas quand on a peu de patients, mais c’est clairement visible ces derniers jours.

C’est quand qu’on dépasse ?

Tous les modèles indiquent que le point critique sera atteint le 7 novembre, soit samedi de la semaine prochaine. Il est donc urgent de casser cette courbe, pour que d’exponentielle, elle devienne linéaire, d’abord, pour amorcer une décroissance. Mais on a assez fait de maths pour aujourd’hui. A la semaine prochaine !

2 images
La ligne rouge représente la limite de 2000 lits COVID en soins intensifs © Marius Gilbert
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK