Coronavirus : les tests antigéniques comme solution pour détecter les personnes contagieuses ?

La nouvelle stratégie de tests Covid-19 consiste à ne plus tester les personnes ayant eu un contact à haut risque, mais étant asymptomatiques. La raison n’est pas épidémiologique, mais circonstancielle : il y avait saturation dans les centres de testing et les laboratoires pratiquant des tests dits RT-PCR. A noter que quel que soit le prélèvement, salivaire ou naso-pharyngé, la même méthode de test est appliquée en laboratoire (RT-PCR).


A lire aussi : Dépistage Covid-19 : quels sont les différents types de tests et quels sont leurs avantages et inconvénients ? (infographie)


Là où il y a de l’antigène…

A côté de ces tests PCR, une autre méthode est disponible et validée par l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) : il s’agit des tests antigéniques. Ces tests donnent des résultats en 15 minutes. Ils ressemblent à des tests de grossesse et détectent l’antigène du virus, c’est-à-dire la substance étrangère du virus qui est capable de déclencher une réponse immunitaire chez l’individu. A ne pas confondre avec les anticorps, protéines produites par le système immunologique en présence d’un antigène. L’antigène est l’origine, l’anticorps est la réaction.

Autorisés à la vente

D’après le dernier avis de Sciensano, en Belgique, tous les tests antigéniques avec un certificat CE-IVD peuvent en principe être commercialisés. Un modèle de test, produit par la firme de Gembloux Coris BioConcept, a été approuvé en avril 2020 par l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé pour le remboursement.

Pour un autre test antigénique commercialisé par la firme Abbott, une demande d’autorisation de remboursement a été déposée, et ce test est déjà acheté par certains laboratoires.

Moins sensibles, mais plus ciblés

Les tests de détection antigénique sont connus pour avoir une sensibilité inférieure à celle des tests PCR. C’est la raison pour laquelle un test négatif ne peut exclure un diagnostic de Covid-19. Cependant, cette sensibilité plus basse peut aussi être un avantage, car certaines personnes qui ont des résultats positifs au test RT-PCR sont infectées mais ne transmettent plus le virus à d’autres. Les tests antigènes pourraient déplacer l’attention vers l’identification des personnes les plus infectieuses, les plus contagieuses. L’immunologue Michel Goldman (ULB) cite ces tests comme devant faire partie de la stratégie contre la 2e vague en Belgique.

Par ailleurs, la microbiologiste Marie Hallin (LHUB-ULB) estime que l’utilisation massive de ces tests de détection antigéniques rapides pour les sujets ayant développé les symptômes du Covid-19 dans les 5 jours permettrait d’identifier en 15 minutes les plus contagieux d’entre eux et donc de limiter la propagation du virus dans la population, sans encombrer les laboratoires.

La Flandre va en acheter

Le gouvernement flamand a une longueur d’avance. Il a décidé vendredi dernier d’acquérir des tests antigéniques. Un budget de 15 à 30 millions d’euros a été dégagé pour acheter des millions de tests. De quelle marque ? Combien exactement ? Décision attendue au prochain gouvernement flamand ce vendredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK