Covid-19 : le coronavirus s'invite aussi dans les vacances en France

Covid-19: le coronavirus s'invite aussi dans les vacances en France
Covid-19: le coronavirus s'invite aussi dans les vacances en France - © GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Alors que la Belgique scrute chaque matin les derniers chiffres de Sciensano qui ne cessent de confirmer un regain de l’épidémie de Covid-19, nos voisins français ne sont pas en reste : la situation épidémique s’y dégrade doucement, mais sûrement, dans différentes régions. Reprise des activités estivales surtout chez les jeunes, tourisme, relâchement de la discipline : les vacances d’été restent dominées par le coronavirus et de plus en plus de mesures sont prises dans l’Hexagone.

 

Où est-ce que ça clignote ?

À l’heure actuelle, Santé publique France (SpF) liste 7 départements en situation de vulnérabilité : la Gironde, le Nord, le Val-d’Oise, les Vosges, la Guyane, Mayotte et puis la Mayenne, qui est même passée en "vulnérabilité élevée". L’incidence y a doublé pour passer à 143 cas pour 100.000 habitants sur une semaine. Une explosion de cas qui place la Mayenne en situation très préoccupante puisqu’elle dépasse largement le seuil d’alerte fixé à 50 pour 100.000 habitants.

Du côté de Marseille aussi, les autorités de la Santé constatent une augmentation du nombre d’hospitalisations inquiétante. Quatorze clusters ont été identifiés rien que dans le département des Bouches-du-Rhone. En tout, 65 nouveaux foyers sont apparus sur le territoire français en une semaine. Une situation qui trouve écho notamment dans la région bretonne. Plus de 50 cas d’infection ont été recensés après des soirées dans un bar discothèque et sur la plage, à Quiberon.


►►► À lire aussi : Coronavirus en France : Paris et l’ensemble du département Ile-de-France ainsi que les pays de la Loire passent en zone orange


 

Et c’est manifestement dans ce type de démarches que se trouve l’essentiel des causes du rebond de contaminations depuis la levée progressive des mesures. Le virus se propage désormais essentiellement chez les jeunes adultes (20-30 ans) avec un taux d’incidence de presque 20 pour 100.000 habitants, avec une préférence pour les stations balnéaires.

 

Quels risques pour les vacances ?

Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de Santé publique à l’université de Liège tente de rester pragmatique. "On ne prend pas plus de risques en France que chez nous si on adopte les gestes barrières." Catherine Hill, chercheuse retraitée, dénonçait plus largement le système, sur France Info. "Le problème n’est pas le tourisme, mais la surveillance qui est catastrophique dans le pays. Je préférerais que tous les cas fassent l’objet d’investigations à l’instar des foyers, et que bien plus de tests soient réalisés."


►►► À lire aussi : Un formulaire obligatoire en cas de déplacement à l'étranger. Tous les détails en cliquant ici


 

Pour l’heure, certaines mesures s’imposent petit à petit en France. On parle du port du masque dans pratiquement tous les espaces publics français, comme à Lille ; Et puis l’interdiction de faire des rassemblements de plus de 5.000 personnes est toujours en vigueur. Sur le site internet des Affaires étrangères, toute la France reste une destination possible, une zone verte. Enfin, il y a d’autres pays européens où la situation commence à se dégrader.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK