Coronavirus : ces spécialistes plaident pour tester l'immunité de tous, afin de pouvoir sortir du confinement

Coronavirus : une autre solution, tester l'immunité de tous
Coronavirus : une autre solution, tester l'immunité de tous - © Tous droits réservés

Aujourd’hui, la stratégie belge face au COVID-19 est de tester les personnes infectées. Avec les tests dits "PCR", on mesure la présence de l’infection chez le patient.

Chaque jour, Sciensano diffuse le nombre de tests effectués sur l’ensemble du pays. Mais il ne s’agit en réalité que de la pointe émergée de l’iceberg, puisque la majorité des personnes infectées, asymptomatiques ou sans complications, ne sont pas testées, la capacité des laboratoires et la quantité de produits réactifs étant limitées.

Tester l’immunité, maintenant

Un autre type de test pourrait permettre de mesurer l’impact réel de l’épidémie dans la population belge : le test sérologique d’anticorps. Il permettrait de prendre des mesures objectives sur la fin du confinement, ou la remise au travail partiel des personnes immunisées.

Ils sont plusieurs spécialistes à plaider pour la mise en place rapide de ces tests sérologiques : l’épidémiologiste Marius Gilbert, mais aussi le spécialiste de l’immunité, Michel Goldman (ULB). Ce dernier a adressé une demande officielle au ministre Philippe De Backer afin de demander le screening des individus par test sérologique, en parallèle des efforts pour le screening par PCR des personnes infectées.

Or, à ce stade, un arrêté royal de la ministre de la Santé Maggie De Block interdit l’importation de ce type de tests. Une question de prudence, puisque chacun ne peut pas partir en ordre dispersé faire son propre test, non validé. Par ailleurs, il y a encore des doutes sur la possibilité de réinfection d’un patient déjà immunisé. Mais les tests sérologiques constituent une arme efficace pour mesurer l’ampleur réelle de l’infection en Belgique : la réponse immunitaire, comme outil d’intérêt général.

Etude prometteuse

Une étude franco-néerlandaise vient renforcer ces arguments en faveur de tests sérologiques : l’équipe a mesuré les anticorps présents dans le sang de patients atteints du COVID-19. Ils ont pu constater une réponse immunitaire en anticorps parfaitement détectable dans les tests sérologiques dits ELISA.

L'ULB monte au créneau

L'Université libre de Bruxelles estime également que mettre au point, fabriquer et distribuer ces tests sérologiques devrait représenter une priorité, à condition de s'assurer de leur fiabilité et de les faire certifier : " Il sera donc important de définir un ordre de priorités pour ces tests : on devrait d’abord les réserver aux professionnels de la santé et aux métiers "essentiels" (transports publics, transport et distribution de biens essentiels, approvisionnement des stations-essence, etc.) où le télétravail ne peut pas être appliqué. Utiliser ces tests sérologiques en association avec les tests de diagnostic permettrait de remettre au travail en toute sécurité et de redémarrer dès que possible l’économie. Investir massivement dans ces tests a tout son sens au plan économique, en permettant de limiter l'amplitude et la durée de la crise économique qui est devant nous." Ce plaidoyer accompagne un article publié un par plusieurs professeurs d'économie dont Mathias Dewatripont. Ils insistent sur la nécessité d'identifier rapidement les travailleurs immunisés contre le COVID-19, pour relancer l'économie.  

La balle est maintenant dans le camp des politiques et des experts, qui planchent par ailleurs sur l'hypothèse de tests rapides sur antigènes, détectant, eux, toujours la présence de l'infection, et non la réponse immunitaire, comme le réclament par ailleurs les spécialistes évoqués ci-dessus. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK