Coronavirus: un épidémiologiste belge estime qu'on est à un tournant

Le comité scientifique belge pour le coronavirus suit la situation de près
Le comité scientifique belge pour le coronavirus suit la situation de près - © RTBF

L’OMS prévient que l’expansion du nouveau Coronavirus hors de Chine pourrait s’accroître avec la transmission de la maladie par des personnes qui n’ont jamais voyagé en Chine.

"Il y a des cas inquiétant de propagation" a tweeté Tedros Adhanom Ghebreyesus

L’épidémie pourrait s’éteindre ou exploser

350 cas de contaminations ont été confirmés en dehors de Chine dans une trentaine de pays. 40.171 personnes ont été contaminées en Chine. Pour Marius Gilbert, du Laboratoire d’épidémiologie spatiale à l’ULB et coordinateur européen de l’épidémie : "on est à un tournant parce qu’il y a deux cas de figure qui peuvent se produire, soit il y a des chaînes de transmission qui se déroulent en dehors de la Chine, des chaînes qui n’ont pas pu être identifiées parce que ces patients avaient des affections relativement bénignes, et qui ont transmis le virus de personne à personne et ce que l’on voit, c’est juste la partie émergée de l’iceberg d’une transmission plus importante (cela pourrait être le cas). Soit on arrive à contrôler toutes ces introductions en provenance de Chine dans les pays avoisinants et à l’intérieur de la Chine, l’épidémie se calme. Les derniers chiffres semblent montrer que le nombre de nouveaux cas journalier est en train de baisser."

Et si ces chiffres se confirment, et qu’il y a de moins en moins de cas qui viennent de Chine, donc moins de cas qui s’exportent et que dans le même temps on identifie rapidement les cas pour les isoler et couper les transmissions, on pourrait aboutir à une extinction de l’épidémie. Les prochaines semaines seront décisives.

Des personnes contaminées sans être passées par la Chine

Mais comment des personnes ont-elles été contaminées sans avoir voyagé en Chine ? "Il faut juste qu’elles aient été en contact proche ou étroit avec une personne elle-même contaminée qui aurait voyagé en Chine et qui n’aurait pas été détectée, poursuit le coordinateur. Il faut savoir qu’il y a des personnes qui sont très peu malades et qui peuvent transmettre la maladie sans symptômes ou presque."

En Allemagne, la personne qui revenait de Singapour et qui a contaminé ses collègues avait juste un peu de fièvre et ne s’était pas inquiétée, elle était donc venue travailler. Marius Gilbert le confirme : "C’est une des grandes inconnues. C’est le poids qu’ont ces cas "bénins" dans la transmission. Lors de l’épidémie de SRAS en 2002, seules les personnes vraiment malades pouvaient le transmettre. Dans ce cas-ci, on ne sait pas."

En attendant, ce coordinateur du coronavirus en Europe n’est pas inquiet. Tous les pays européens se préparent à devoir affronter une épidémie mondiale, c’est-à-dire une pandémie. Et les systèmes de santé publics sont plutôt bien organisés.

Chez nous, 90 personnes testées et aucune infectée

Chez nous, les consignes restent les mêmes, en tout cas, pour le moment. Steven Van Gucht préside le comité scientifique belge pour le coronavirus : "Si l’on revient de Chine, et que l’on a des symptômes de la maladie, il faut rester chez soi pendant 14 jours et contacter son médecin. Mais on pourrait étendre la mesure à ceux qui reviennent de pays où les contaminations sont nombreuses comme à Singapour, par exemple. La situation évolue de jour en jour. C’est un virus qui semble très contagieux, ce qui complique les choses. Mais il ne semble pas trop agressif, ce qui est une bonne nouvelle."

Et de poursuivre : "Pour ce qui est des neuf Belges rapatriés de Wuhan la semaine dernière, huit sont toujours testés négatifs et toujours en bonne santé. Ils resteront en quarantaine pour encore une semaine, à l’hôpital militaire de Neder-Over-Hembeek. Le patient testé positif est, lui, toujours à l’hôpital Saint-Pierre et pas très malade. Il y restera jusqu’à ce que ses tests soient négatifs. 90 personnes suspectées d’être infectées ont été testées et jusqu’ici, il n’y a aucun autre cas de coronavirus, chez nous. Deux autres personnes revenues de Chine, depuis, ont été placées en quarantaine à Saint-Pierre." Pour ces deux personnes, le test s'est révélé négatif, selon le SPF Santé publique.

Extraits de notre 19h30:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK