Coronavirus : un enseignant non-vacciné contamine la moitié de sa classe parce qu’il ne portait pas de masque

Prenez un enseignant non-vacciné. Faites-lui lire des histoires à ses élèves, sans masque. Vous obtiendrez alors la moitié d’une classe testée positive au coronavirus. Ceci n’est pas une fable, c’est ce qui est arrivé en mai dernier dans une école californienne. De quoi rappeler l’importance de la vaccination, et des gestes barrières, dans le milieu scolaire.

Le 23 mai 2021, un enseignant du comté de Marin est diagnostiqué positif au coronavirus. Symptomatique depuis le 19 mai, l’enseignant avait décidé de continuer ses cours normalement… jusqu’à ce qu’il se fasse tester le 21 mai. Durant ces deux jours de classe, cet enseignant non-vacciné contre le coronavirus avait lu des histoires à ses élèves, sans masque.


►►► À lire aussi : Rentrée scolaire : faut-il s’inquiéter de la hausse des contaminations au variant Delta chez les enfants ? Pas si vite…


Et cela en dépit du protocole sanitaire de l’établissement scolaire, qui exigeait le port du masque en intérieur, même pour les élèves. A noter toutefois que toutes les salles de classe étaient équipées de filtres à particules portables, que les portes et fenêtres étaient laissées ouvertes ou encore que les bancs étaient éloignés de plus d’un mètre et demi.

Mais le jour où l’enseignant reçoit les résultats de son test… d’autres membres de l’école sont déclarés positifs au Covid-19. L’on découvre alors un véritable cluster : des membres du personnel, des élèves, des parents, des frères, des sœurs ont contracté le virus.

La moitié de la classe contaminée

"Du 23 au 26 mai, parmi les 24 élèves de l’enseignant, 22 élèves, tous inéligibles à la vaccination en raison de leur âge, ont subi un test de dépistage du SRAS-CoV-2. 12 ont obtenu des résultats positifs", peut-on lire dans le rapport des CDC, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

Notons que les élèves proches du professeur non masqué ont davantage été contaminés que leurs camarades. 80% des élèves installés dans les deux rangées les plus proches du professeur étaient positifs. Contre 28% dans les trois rangées arrières.

Un cluster à l’école

Et le virus ne s’est pas arrêté là. "Du 24 mai au 1er juin, six des 18 élèves d’une autre classe de l’école, tous également trop jeunes pour être vaccinés, ont reçu des résultats positifs aux tests de dépistage du SRAS-CoV-2", continue le rapport.

"Huit cas supplémentaires ont également été identifiés, tous chez des parents et des frères et sœurs d’élèves de ces deux classes. Parmi ces cas supplémentaires, trois concernaient des personnes entièrement vaccinées conformément aux recommandations des CDC."


►►► À lire aussi : De plus en plus de jeunes infectés par le variant Delta en Floride : faut-il masquer les enfants de moins de 12 ans pour la rentrée scolaire ?


Parmi les cinq adultes infectés, seuls un parent et l’enseignant n’avaient pas reçu de dose de vaccin. Les autres étaient quant à eux entièrement vaccinés. "Les adultes vaccinés et un adulte non vacciné présentaient des symptômes tels que fièvre, frissons, toux, maux de tête et perte d’odorat."

Au final, 81% des personnes contaminées ont présenté des symptômes. Mais aucune personne de ce cluster n’a dû être hospitalisée.

Le variant Delta

D’après les analyses, il semblerait que l’instituteur ait contracté le variant Delta du coronavirus. Une souche contre laquelle le vaccin reste efficace, mais avec un risque de transmission plus élevé chez les personnes non-vaccinées. L’enseignant étant confronté à un public non éligible à la vaccination, le respect des gestes barrière avait donc toute son importance.

"Outre la vaccination des personnes éligibles, le respect strict des stratégies de prévention non pharmaceutiques, notamment le masquage, les tests de routine, la ventilation des locaux et le fait de rester chez soi en cas de symptômes, est important pour garantir la sécurité de l’apprentissage en personne dans les écoles", insiste-t-on dans le rapport des CDC.


►►► À lire aussi : toutes nos informations sur le coronavirus


"Cette épidémie de Covid-19 qui a eu pour origine un enseignant non vacciné souligne l’importance de vacciner les membres du personnel scolaire qui sont en contact étroit à l’intérieur avec des enfants non éligibles à la vaccination lors de la réouverture des écoles."

"Le taux d’attaque de l’épidémie met en évidence la transmissibilité accrue du variant Delta et son potentiel de propagation rapide, en particulier dans les populations non vaccinées telles que les écoliers trop jeunes pour être vaccinés", conclut le rapport.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK