Coronavirus : un chien livre les commandes de vin aux Etats-Unis. Aucun danger ?

Il y a quelques semaines, Soda, un boxer de 11 ans, était un simple chien que les clients de la "Stone House Urban Winery" de Hagerstown, dans le Maryland, pouvaient caresser s’ils le désiraient en venant faire leurs achats. Mais aujourd’hui, avec la pandémie du Covid-19, Soda est devenu un maillon essentiel dans la chaîne de valeur de cette entreprise américaine.

Si les mesures de distance sociale portent leurs fruits, elles ont également un effet dévastateur sur le commerce américain et de nombreuses petites entreprises luttent pour se maintenir à flot. Le vignoble du Maryland a lui décidé de communiquer une nouvelle manière de vendre son vin aux clients sur les réseaux sociaux, par la voix de son chien : "Appelez-nous et passez votre commande, je vais essayer de vous apporter personnellement votre vin dans mon nouveau sac à dos."

Concrètement, les propriétaires du vignoble placent les bouteilles dans le sac à dos du chien, celui-ci est ensuite envoyé vers le client qui reste à distance sur le parking. Le client peut ensuite récupérer sa commande de vin tout en conservant la distance sociale nécessaire entre les humains.

Samantha Hawkins est une cliente régulière, séduite par la nouvelle formule de vente canine. "J’ai vu Soda sur Facebook, et il fallait que je commande ! J’adore les vins, j’adore les chiens ! Vous avez mis les deux ensemble, alors je devais absolument faire le trajet en voiture pour venir ici".

Si vous pouvez mettre un sourire sur le visage de quelqu’un en ce moment, c’est le principal.

Lori Yata, l’une des copropriétaires de l’entreprise viticole, est rassurée de constater que les livraisons de Soda permettent à l’entreprise de survivre en ces temps difficiles. "Nous avons beaucoup de femmes ici qui veulent juste passer une soirée entre filles. Et vous savez, nous sommes le seul vignoble du Maryland entièrement géré par des femmes. Nous sommes fières de cela et nous nous en sortons bien."

La propriétaire est également fière de participer à son échelle à l’entretien des contacts sociaux, même à distance : "Si vous pouvez mettre un sourire sur le visage de quelqu’un en ce moment, c’est le principal". Cela permet, selon elle, de "Rassembler les gens mais pas trop près les uns des autres".

Le chien semble également bien s’adapter à ses nouvelles missions selon Lori Yata. "C’est un chien décontracté, il l’a toujours été. Je sais que beaucoup de gens disent "Oh mon boxeur est tellement fou" et puis ils voient Soda ! Il est comme cela, il l’a toujours été." Après avoir fait ses livraisons, Soda est récompensé par des caresses affectueuses et par des friandises.

2 images
La propriétaire de la "Stone House Urban Winery" dans le Maryland aux Etats-Unis. Elle a dû s’adapter à la crise du Covid-19 pour tenter de continuer à vendre son vin. © RTBF – mars 2020

Aucun danger ?

Le chien pourrait-il néanmoins être porteur du nouveau coronavirus et ainsi mettre en danger les clients ou ses propriétaires ? Comme nous l’expliquions dernièrement, le Covid-19 a plus que probablement été transmis par des animaux aux humains en Chine, selon les recherches scientifiques en la matière.

En outre, quelques animaux dans le monde ont été testés positifs au coronavirus, notamment un tigre au zoo du Bronx à New York et un chat en Belgique. C’est la maîtresse de cet animal qui lui avait transmis le virus. Selon les chercheurs de l’Université de Liège qui ont étudié le cas, rien n’indique que l’inverse soit possible et que les animaux puissent transmettre le coronavirus aux humains : "Les chats aiment les humains, donc il y a de la promiscuité et on peut facilement imaginer que cette promiscuité est à l’origine du transfert du virus de la maîtresse vers son compagnon. Mais on n’a en aucun cas démontré que l’inverse pouvait être possible. La contagion du chat vers l’être humain est probablement infinitésimale", avait affirmé fin mars le professeur Daniel Desmecht, de la faculté de médecine vétérinaire de l’ULiège.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK