Coronavirus : qui sont ces manifestants antimasque qui inquiètent l’Allemagne ?

Ils étaient 38.000 ce samedi à Berlin. Ils manifestaient "pour la liberté et la paix". Ils s’insurgeaient contre le port du masque et contre les mesures de distanciation sociale, perçus comme une entrave à leur liberté. Mais qui sont exactement ces manifestants qui créent la stupeur et suscitent l’indignation en Allemagne ?

Hippies, skinheads et chrétiens évangélistes

Cette manifestation a offert un spectacle peu commun. Comme on pouvait s’y attendre, personne ne portait de masque et les règles de distanciation sociale n’étaient pas respectées, ce qui a valu au rassemblement d’être interrompu par la police allemande. Mais le plus surprenant était sans doute ce mélange hétéroclite et contre nature de sympathisants d’extrême droite, de hippies, de militants antivaccins, de skinheads arborant des tatouages glorifiant le nazisme, avec, quelques mètres derrière, des familles entières de babacools, porte-bébé en bandoulière, ou des chrétiens évangélistes, toutes nationalités confondues. Difficile à priori d’imaginer des profils aussi différents manifestant coude à coude. Et pourtant…

Conspirationnistes et complotistes de tout poil

David Philippot est le correspondant de la RTBF en Allemagne. Il était présent à la manifestation de ce samedi, et il a pu observer côte à côte des nostalgiques de l’époque du Reich et des militants antinucléaire : "Il y avait énormément de gens porteurs de drapeaux très symboliques : des drapeaux arc-en-ciel, celui de la Suède, très libérale en matière de confinement, des drapeaux israéliens, mais aussi ceux noir-rouge-blanc du Reich. En temps normal ces gens ne se côtoient pas, ils se combattent même souvent sur le terrain politique, mais là ils étaient tous rassemblés sous la même bannière, celle des corona-sceptiques. Ils défilaient ensemble.". Avec un dénominateur commun, celui du complotisme : "Certains dans la foule admettent que le coronavirus existe bien, mais tous sont certains que le gouvernement ne leur dit pas la vérité sur ce qui se passe".


►►► À lire aussi : C’est quoi QAnon, cette théorie conspirationniste d’extrême droite qui prend de l’ampleur ?


 

QAnon, Trump, Poutine et le Reich

3 images
Les complotistes de QAnon étaient présents en masse parmi les manifestants, qui vont jusqu’à espérer que Donald Trump devienne chancelier à la place d’Angela Merkel. © Sean Gallup/Getty Images

Bien présents dans le cortège, les complotistes de QAnon, cette mouvance qui croit que des personnalités influentes veulent créer un nouvel ordre mondial dans lequel les Etats auraient abandonné leur souveraineté au profit de cette élite, et que seul Donald Trump pourrait les contrer, s’il est réélu. Ce qui explique les portraits de Donald Trump brandis par les manifestants, comme ceux de Vladimir Poutine d’ailleurs. Des conspirationnistes d’extrême droite qui semblent vivre en dehors de toute réalité.

Marie von den Benken est une journaliste très suivie en Allemagne. Elle travaille pour le grand quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. Voici ce qu’elle a écrit dans un tweet à propos de la manifestation de samedi : "J’ai parlé avec beaucoup de manifestants. Il y en a des centaines qui sont convaincus à 100% que ce serait leur devoir, en tant que démocrates, de tuer Angela Merkel, et de faire tomber le gouvernement. En agissant de la sorte, ils sont certains d’avoir des rues à leur nom dans cent ans. J’ai peur".

Ces gens, pour la plupart partisans d’un pouvoir fort, sont les tenants d’un mouvement appelé Reichsbürger, Citoyens du Reich. David Philippot : "Ils seraient 20.000 en Allemagne, dont 1000 considérés comme violents. Ils refusent les lois de la République. Pour eux la République allemande n’a aucune souveraineté depuis la fin de l’Empire et le Traité de Versailles de 1919. Ils étaient ce samedi devant l’ambassade des Etats-Unis pour demander un traité de paix avec les Américains. Ils considèrent que l’Allemagne est occupée. Ça va très loin. Beaucoup portaient des t-shirts 'Friedensvertrag', 'Traité de paix'. Ils se sont ensuite rendus devant l’ambassade de Russie, pour les mêmes raisons. Ils demandent même à Poutine d’intervenir en Allemagne ! Ces gens, d’extrême droite, sont complètement en dehors de réalités, comme dans une bulle spatiotemporelle".

3 images
En Allemagne, on les appelle les Reichsbürger, les citoyens du Reich. Ils refusent la souveraineté de la République allemande. Ce sont eux, entre autres, qui ont essayé d’envahir le Reichstag ce samedi. Un "centre symbolique de notre démocratie libérale", © Omer Messinger/Getty Images

Sturm auf Berlin : prendre Berlin d’assaut

Ce sont eux, entre autres, qui ont essayé d’envahir le Reichstag ce samedi. Le siège de la chambre des députés est un "centre symbolique de notre démocratie libérale" et ce type de dérapage est "inacceptable", a déclaré le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, dans l’édition dominicale du quotidien Bild. Une opération annoncée sur les réseaux sociaux par les extrémistes sous l’appellation Sturm auf Berlin : prendre Berlin d’assaut. De quoi rappeler de biens mauvais souvenir en Allemagne. "Les symboles nazis et autres drapeaux de l’Empire n’ont pas leur place devant la Chambre des députés", a dénoncé de son côté le vice-chancelier et ministre des Finances Olaf Scholz, en référence aux manifestants qui brandissaient des drapeaux du Reich allemand ayant existé jusqu’en 1919, aux couleurs noires, blanche et rouge. Un climat de défiance qui s'est poursuivi samedi à Bergisch-Gladbach en Rhénanie du Nord Westphalie, où le ministre de la Santé Jens Spahn s'est fait cracher dessus et insulté par des corona-sceptiques.


►►► À lire aussi : En Allemagne, la radicalisation du mouvement "anti-masques" crée la stupeur


 

Pourquoi en Allemagne, ce pays qui a lutté si efficacement contre le coronavirus ?

C’est finalement en Allemagne, pays loué pour sa lutte contre le coronavirus, que le combat des corona-sceptiques et des antimasques aura été le plus visible. David Philippot a un avis tranché pour expliquer ce phénomène : "L’Allemagne est victime de son succès. Elle a été bien moins touchée par la pandémie que d’autres régions du monde. Elle a lutté très efficacement contre la pandémie, avec beaucoup de rigueur, rendant de fait le virus moins virulent qu’ailleurs. L’Allemagne s’en sortant bien, beaucoup de gens sont effarés entre les mesures prises, mais qui sont nécessaires, et l’impact réel de ces mesures. Ces gens ne voient pas le virus, justement à cause de ces mesures drastiques, et se disent 'c’est un fake'. Une faille dans laquelle se sont engouffrées les organisations complotistes. Ces mêmes conspirationnistes qui disent 'On vous ment !' ".

Une grande majorité d’Allemands favorables à un renforcement des mesures sanitaires

Selon un sondage ZDF publié ce vendredi, la grande majorité des Allemands soutiennent cependant les mesures prises par le gouvernement. 77% des sondés estiment qu’il faudrait renforcer les contrôles visant au respect des mesures sanitaires, 60% considèrent que les mesures de protection actuelles sont justes, 28% pensent qu’elles devraient être plus sévères et seulement 10% qu’elles sont exagérées. Un sondage rassurant alors que l’Allemagne, qui a multiplié les tests de dépistage, a enregistré cette semaine une hausse des nouveaux cas d’infection, retrouvant les niveaux de fin avril, une période alors encore considérée comme le pic de la pandémie, les autorités allemandes mettant en garde face à la remontée des cas de contaminations, liée en grande partie au retour de nombreux touristes allemands de l’étranger.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK