Coronavirus : quel est le profil (âge, comorbidités) des patients hospitalisés ?

Les admissions ont tourné ces derniers jours autour des 300 par jour dans les hôpitaux. Notons qu’avec la campagne de vaccination, la situation dans les maisons de repos est "sous contrôle", a expliqué ce matin Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19 lors du point presse de ce vendredi 2 avril. Le taux de contamination y est faible. Ces personnes représentent donc moins de patients dans les hôpitaux avec 1,9%, soit dix fois moins qu’au mois de décembre 2020.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique ce 2 avril : pour Yves Van Laethem, "c’est notre comportement d’aujourd’hui qui fera diminuer rapidement ou pas la pression sur les soins intensifs"


Dans ce contexte, revenons sur le profil actuel des patients hospitalisés (avec des chiffres encore incomplets pour les soins intensifs au mois de mars, ndlr). Yves Van Laethem nous propose d’analyser la tendance depuis le mois de janvier.

La moitié des patients a moins de 66 ans

Le pourcentage d’hospitalisations en fonction du nombre de tests positifs reste stable, de l’ordre de 5 à 6% des infections confirmées qui se traduisent par une hospitalisation.

"Le patient type qui est admis à l’hôpital est plus jeune […] on le savait, on le sentait tous déjà et ceci est confirmé par les chiffres dont nous disposons. Il a 11 ans de moins depuis février-mars". L’âge médian, poursuit l’expert, était à la fin de l’année 2020 de 77 ans et "est maintenant de 66 ans au mois de mars". Cela signifie donc que la moitié des patients ont moins de 66 ans.

Ce rajeunissement s’explique de différentes manières. Les patients, on l’a dit, viennent moins des maisons de repos. L’autre explication, c’est l’agressivité potentielle du variant britannique par rapport aux patients plus jeunes. Un élément qui doit encore être confirmé.

Yves Van Laethem observe aussi qu’il y a moins de pathologies sous-jacentes (hypertension, diabète, maladies cardiovasculaires) chez les patients actuellement hospitalisés qui sont plus jeunes. Par contre, le pourcentage de patients obèses a lui augmenté pour atteindre 15%. A noter que l’obésité est plus présente chez les personnes plus jeunes.

Les sexagénaires et les septuagénaires sont les plus représentés, mais il y a aussi des quadragénaires et des quinquagénaires. Une population plus jeune et moins malade au départ.

Les décès diminuent

Le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19 a aussi souligné le fait que le pourcentage de patients qui décèdent à l’hôpital est en diminution depuis la deuxième vague. Au mois de décembre dernier, le pourcentage était de 21%, pour tomber à 16% au mois de février et 14% au mois de mars (le pourcentage du mois de mars n’est pas encore définitif, ndlr). La tendance est donc à une diminution des décès.

Cela peut s’expliquer par le fait que les patients sont plus jeunes et donc "potentiellement plus résistants à l’agression de la maladie, puisque les patients particulièrement fragiles qui venaient des maisons de repos, par exemple, ou plus âgés sont maintenant rarement admis", note Yves Van Laethem. Sans oublier les progrès réalisés dans la prise en charge des patients au sein des hôpitaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK