Coronavirus : pandémies en vue, les États membre de l'OMS décident de mieux se préparer

Les membres de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont décidé à Genève de renforcer la préparation aux prochaines pandémies. Ils ont approuvé vendredi une résolution pour mieux faire appliquer le Réglement sanitaire international.

Validée en commission pendant la semaine, celle-ci a été avalisée en plénière de l’Assemblée mondiale de la santé. Si elle ne change pas vraiment les dispositifs déjà en vigueur, elle réaffirme l’importance du Réglement sanitaire international, ciblé par plusieurs pays depuis le début de la pandémie.

Avec cette résolution, la communauté internationale appelle à garantir que les Etats soient mieux équipés pour détecter et répondre à des situations comme la pandémie actuelle. Sans attendre l’approbation, le directeur général de l’OMS, l’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’était félicité dès mardi après la décision en commission.


►►► Lire aussi : Multiplications des maladies transmises depuis un animal : l’humain est-il devenu une espèce invasive ?


Le scénario d’un mécanisme d’évaluation de chaque Etat par ses pairs, comme au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, semble avancer. Plusieurs pays l’approuvent, la Suisse se penche sur lui et les Etats-Unis ont estimé qu’il pourrait être utile.

Washington a à nouveau ciblé l’OMS que le président Donald Trump a visée à plusieurs reprises depuis le début de la pandémie. Un de ses représentants a déploré que le "cahier des charges" de la mission internationale en Chine chargée d’établir l’origine du virus n’ait pas été discuté avec les Etats membres. Il a affirmé que celui-ci violait la résolution qui a mandaté ces experts.

L’ignorance délibérée

Mais l’élection annoncée de Joe Biden comme prochain président américain semble apaiser M. Tedros qui a félicité le démocrate à plusieurs reprises depuis une semaine. Le directeur général, sans mentionner M. Trump, a dénoncé le "déni" et "l’ignorance délibérée" face au Covid-19, appelant à l’unité et à la collaboration.

Ecourtée et axée seulement sur le coronavirus en mai, l’Assemblée mondiale de la santé aura pu aborder d’autres défis cette semaine, même si la pandémie est restée au centre des discussions. Un plan de dix ans contre des maladies négligées et un code international sur le personnel de santé ont été notamment validés lors de la réunion.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK