Coronavirus : on ferme l'école ou pas ? Les services de promotion de la santé débordés face aux décisions à prendre

Plusieurs écoles ont été fermées depuis la rentrée pour cause de potentielles infections au coronavirus. Ces décisions de fermetures d’école ne sont pas simples à prendre. Dans la chaîne de décision, il y a ce qu’on appelle les PSE, les services de promotion de la santé dans les écoles. Des équipes en première ligne dans la gestion de la crise. Des équipes qui sont débordées depuis la rentrée scolaire.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : 36 cas pour 100.000 élèves ont été signalés cette semaine


"Les cas augmentent tellement qu’on est même en train de supprimer des bilans de santé qui étaient prévus pour pouvoir gérer la crise Covid, explique la Dr Sophia Hall Prezado Alves, médecin scolaire dans un PSE de Bruxelles. Dans mon service qui est assez grand, ces derniers jours, il a fallu quatre personnes à temps plein pour pouvoir gérer juste les cas Covid."

Infirmières et médecins sur le pont

Depuis le début de la crise, ces services qui gèrent la santé au sein des écoles sont mis à rude épreuve. Dans cette unité bruxelloise, on gère la situation de 34.000 élèves.

"Ici, c’est le bureau des médecins, montre la Dr Valérie Hanuzet, médecin coordinatrice au PSE Bruxelles. Il y a un autre bureau avec les infirmières de l’autre côté. Pour le moment le système de garde se passe ici."

Avec la rentrée des classes, c’est toute l’organisation de ces services qui a dû être repensée. Mais ces changements pourraient rapidement s’avérer insuffisants.

Le travail est dantesque

"Au début, on était à 10 cas par semaine. Aujourd’hui, on arrive à 10 cas par jour, précise la doctoresse du PSE de Bruxelles. Et c’est partout, ce n’est pas spécifique à Bruxelles. J’ai des contacts avec d’autres PSE et franchement le travail est dantesque. Je peux le dire comme ça car franchement, c’est énorme. On a des appels toutes les 5 minutes."

Dans ce service, toute l’énergie est mise en priorité dans la gestion de la crise que ce soit chez les médecins ou les infirmières. Avec pour mot d’ordre : la réactivité.

"Dès qu’on a un coup de téléphone soit d’une école soit d’un parent, on doit réagir rapidement, commente Dr Françoise De Pooter, Médecin au PSE Bruxelles. Nous devons contacter éventuellement d’autres parents de manière à éviter que l’épidémie se transmette comme une traînée de poudre."

Au total, dans les écoles en Belgique, 354 cas de coronavirus ont été recensés jusqu’à présent.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK