Coronavirus : non, le Covid-19 n’a pas été créé dans un laboratoire en France

Une vidéo virale se propage sur les réseaux sociaux et est largement partagée. Dans celle-ci, un internaute explique que le coronavirus a été créé dans un laboratoire en France en 2003 et implique l’Institut Pasteur. La vidéo qui commence par "l’heure est grave… très grave", est devenue virale et a été partagée des milliers de fois. Cette vidéo qui diffuse ce message se base sur des rumeurs et base sa théorie sur la mauvaise compréhension d’un brevet. L’Institut Pasteur a, par ailleurs, démenti formellement les accusations dans un communiqué.

Dans cette vidéo publiée sur Youtube sur la chaîne " ZOOMER DIRECT 2" l’internaute français explique, avec l’appui de liens de documents PDF et documents officiels comme une lettre ministérielle ou encore le brevet lui même du virus, que le coronavirus serait en fait une invention gouvernementale brevetée destinée à tuer et à faire du business.


►►► À lire aussi : Coronavirus : comment éviter les Fake News sur le Covid-19 ?


Pour lui, nous n’avons pas de preuve que le Covid-19 soit né à Wuhan mais des Français auraient été présents sur place au moment du début de l’épidémie. Il y aurait des traces de deux souches, dont l’une serait "le coronavirus associé au SRAS".

Par ailleurs, il y aurait un brevet européen qui date de 2003 et qui fait déjà mention d’une nouvelle souche de coronavirus "associé au SRAS et ses implications".

Cette vidéo a été tellement partagée que certains sites internet ont repris l’info. Bien que celle-ci ne résiste pas à un examen approfondi.

Tout d’abord que dit réellement cette vidéo ? Nos collègues de France Inter ont listé les principales informations contenues dans la vidéo et les ont vérifiées. Il y a certaines affirmations pour lesquelles nous n’avons tout simplement pas de réponses précises :

 

On ne peut pas affirmer que le virus s’est échappé d’un laboratoire P4 installé à Wuhan, comme l’affirme la vidéo :

L’Institut de virologie de Wuhan dispose en effet depuis 2017 d’un laboratoire de très haute sécurité. Mais cette rumeur, qui se propage quasiment depuis le début de l’épidémie, est invérifiable comme l’a démontré le magazine spécialisé Sciences et avenir ou 20 minutes.

Rien ne prouve que le virus est une création de l’homme et plus précisément des Français :

L’auteur de la vidéo pointe notamment du doigt le mari de l’ex-ministre de la Santé. Il s’appuie pour cela sur le fait qu’Yves Lévy (PDG de l’Inserm, mari d’Agnès Buzyn) et le Premier ministre de l’époque Bernard Cazeneuve, étaient présents à Wuhan pour l’inauguration de ce centre en 2017. Si leur présence est un fait et la collaboration franco-chinoise sur ce sujet est bien réelle, l’objet de ce laboratoire reste "la lutte contre les maladies infectieuses émergentes" et la recherche autour des "situations hautement pathogènes".

Mais certains points sont vérifiables factuellement, notamment concernant le brevet.

Le brevet est réel, mais sa lecture est fausse

2 images
Il y a bien un brevet européen qui existe depuis 2003, mais il s’agit d’un brevet qui concerne le SRAS, l’un des coronavirus qui a déjà fait des victimes dans le passé. © Capture d’écran Facebook

Le brevet mentionné existe bien. Son numéro, rapporté dans la vidéo, est le EP1694829B1. Cependant, comme l’explique la plateforme collaborative "Hoax-Net" le brevet "incriminé" est vrai. Mais il concerne l’épidémie de "SARS CoV" de 2002-2003 qui n’a rien à voir avec la pandémie actuelle qui s’appelle d’ailleurs maintenant "SARS CoV2" ou Covid-19.

Par ailleurs, à plusieurs reprises, l’internaute rappelle que su ce brevet il est fait mention du terme "inventeurs", ce qui laisse penser que le virus a été créé dans un laboratoire. C’est également une mauvaise interprétation de la terminologie qui entoure habituellement les brevets.

Car ce document n’est pas un brevet "d’inventeur" mais bien un dépôt officiel des observations d’organismes et de chercheurs qui ont été faites autour du SRAS, qui est un autre coronavirus que le Covid-19. Dans la terminologie officielle de ces brevets, les organismes et chercheurs cités sur ces brevets sont nommés "inventeurs". Cela ne veut dire en aucun cas que le virus a été "inventé" ou "créé" par ceux-ci.


►►► À lire aussi : Coronavirus : le vrai et le faux des rumeurs et idées reçues sur le Covid-19


Les médecins qui parviennent à isoler le code génétique d’un virus le déposent pour ensuite en faire des vaccins. C’est une procédure classique et normale, et ce n’est donc pas en relation avec l’invention d’une maladie ou d’un virus, mais les résultats des recherches afin de les détecter et de pouvoir y remédier.

Cela ne veut donc pas dire que la ou les personnes désignées comme "inventeurs" auraient réellement inventé un virus où une maladie, mais bien un terme pour nommer une personne ou un organisme qui a constaté un fait lors de ses recherches et qui est mentionnée dans le brevet.

Démenti de l’Institut pasteur

L’Institut Pasteur a réagi suite à la diffusion de ce "hoax" et explique dans un communiqué, que l’Institut a pour mission de travailler sur tous les virus émergents. Notamment les coronavirus. Et précise qu’il existe plusieurs types de coronavirus. La remise au clair des éléments est faite point par point :


►►► À lire aussi : Tous nos articles sur le coronavirus


  • En 2002, un premier coronavirus SARS-cov1 a émergé en Chine, responsable d’une épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS en français, SARS en anglais).
  • En 2003, cette épidémie s’est étendue à plusieurs pays dans différents continents.
  • A l’époque, les équipes de l’Institut Pasteur se sont mobilisées, en proposant plusieurs stratégies vaccinales, dont un candidat-vaccin basé sur la plateforme rougeole (le vaccin rougeole peut être recombiné et utilisé comme un véhicule pour induire une réponse immunitaire contre d’autres agents pathogènes, ici SARS-cov1).
  • En 2004, ce candidat-vaccin contre SARS-cov1 a fait l’objet d’une déclaration d’invention (DI).
  • Le brevet déposé concernait bien le SARS-cov1 (responsable de la maladie dite SRAS en 2002-2003), qui est très différent de SARS-cov2 (responsable de la maladie dite Covid19 en 2019-2020).
  • Le brevet de 2004 décrit la découverte du virus puis l’invention d’une stratégie vaccinale contre ce virus, et NON l’invention du virus lui-même !!!
  • Ce candidat-vaccin contre SARS-cov1 n’a pas été expérimenté chez l’homme car, quand il était prêt, l’épidémie était heureusement terminée, et il n’y avait plus de patients sur lesquels proposer de le tester.
  • Dans la famille des coronavirus, SARS-cov2 fait partie du groupe de virus dits "SARS-like" (ou SARS-CoV).
  • Le savoir-faire développé en 2003 contre SARS-cov1, et le candidat-vaccin breveté en 2004, sont actuellement appliqués par les scientifiques concernés pour un projet en cours de vaccin potentiel contre SARS-cov2 (responsable de Covid-19), notamment en utilisant la plateforme rougeole.

Nouvelle vidéo, vieille recette

Ce n’est pas la première Fake News qui circule massivement à propos de la création potentielle du virus en laboratoire. D’autres fausses informations ont circulé sur la potentielle invention du virus Covid-19 par les États-Unis.

Avec les mêmes ressorts : celui du brevet antérieur à l’arrivée du virus et la confusion autour du terme "inventeur".

Journal télévisé du 16/03/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK