Coronavirus : les voyages à l’origine de la deuxième vague, selon une étude de la KULeuven & de l’ULB

Une étude menée par l’université de Leuven et l’ULB montre que la deuxième vague de coronavirus en Europe est notamment liée aux voyages de l'été. 

Ils ont reconstitué la distribution géographique des souches du virus nouvellement introduites. Ils ont utilisé des données sur l’épidémie, la mobilité et les génomes des virus provenant de dix pays : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suisse.

Dans la plupart de ces pays, plus de la moitié des souches de Covid-19 circulant à la fin de l’été se sont révélées avoir été introduites à partir du 15 juin 2020.


►►► À lire : L’ombre du variant Delta plane sur la Belgique


L’impact des souches nouvellement introduites semble être d’autant plus important que les taux de coronavirus sont faibles dans une région donnée. Les chercheurs eux-mêmes ont comparé ce phénomène à un feu de forêt. "S’il y a déjà beaucoup de petits foyers dans une forêt, en allumer quelques-uns en plus ne fera guère de différence : le feu se propagera de toute façon", explique le chercheur FRNS Simon Dellicour.

"En revanche, s’il n’y a que quelques foyers sporadiques, alors en allumer de nouveaux peut accélérer et augmenter la violence de l’incendie à venir".


►►► Pour compléter : La vaccination, un bouclier face au variant Delta qui s’imposera cet été


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK