Coronavirus en Italie: sept morts et onze villes en quarantaine, le nord du pays se prépare à vivre des jours d’angoisse

Arrêt du Carnaval de Venise, fermetures à Milan et deux semaines de quarantaine pour onze villes : le nord de l’Italie se prépare à vivre des jours d’angoisse et de restrictions après une soudaine et spectaculaire flambée des cas du nouveau coronavirus en trois jours.

La découverte de plusieurs foyers vendredi, jour où a été annoncé le premier décès d’un Italien (et d’un Européen), puis la multiplication rapide des cas, passés de six à près de 150 dimanche, préoccupent les autorités et la population locale.

Cette crise sanitaire a fait chuter la bourse de Milan, capitale économique du pays, mais à aussi entraîné dans la foulée la chute d'autres places boursières comme Londres ou Madrid.

Un homme de 84 ans est décédé en Lombardie (nord-ouest), devenant la quatrième victime des suites du nouveau coronavirus enregistrée en Italie, a annoncé lundi un responsable régional de la Santé à la télévision italienne.

L'homme, qui a succombé dans la nuit dans un hôpital, est la troisième victime de la région lombarde, alors que le Nord de l'Italie a connu en fin de semaine une flambée des cas de nouveau coronavirus. 

L'Italie recense actuellement plus de 200 cas de contagion et la situation évolue d'heure en heure. Le président de la région Lombardie, Attilo Fontana a précisé que la quatrième victime "souffrait déjà d'autres pathologies". L'annonce lundi de trois nouveaux décès en Lombardie (Nord-Ouest) a fait grimper le bilan à sept morts, tous survenus dans le Nord du pays.

Ces décès ainsi que les nombreux cas de contagion font de l'Italie le pays le plus touché en Europe et le troisième pays à connaitre le plus d'infections au Covid-19, après la Chine et la Corée du Sud (sans compter le Diamond Princess), depuis qu’a démarré l’épidémie de pneumonie virale en décembre en Chine. Les cas les plus nombreux ont été recensés en Lombardie (région de Milan) avec 165 contaminations et 27 en Vénétie (région de Venise).


►►► Coronavirus en Italie: voici la carte en temps réel des régions touchée


Ne pas succomber à la panique

Le Premier ministre Giuseppe Conte, interrogé sur la chaîne publique Rai Uno, avait appelé à "ne pas succomber à la panique et à suivre les consignes des autorités sanitaires". "Il ne faut pas avoir peur du fait que le nombre de cas augmentera encore", a-t-il ajouté.

Deux foyers principaux ont été identifiés : autour de Codogno, en Lombardie où un deuxième décès (une femme de 77 ans) a été annoncé samedi, et à Vo’Euganeo, près de Padoue (Vénétie), où le premier cas mortel d’un retraité de 78 ans avait été enregistré. Un cordon sanitaire y sera établi par l’armée à partir de lundi.

Les autorités de Lombardie ont aussi annoncé dimanche le décès d’une femme âgée, atteinte d’un cancer et qui avait contracté le nouveau coronavirus.

Le gouvernement a adopté un décret-loi très strict qui met à l’isolement onze villes, dont dix dans le périmètre de Codogno. "Ni l’entrée ni la sortie ne sera autorisée sauf dérogation particulière", a annoncé Giuseppe Conte.

Fermetures des écoles, universités, musées… À Milan

Card

Dimanche, la Vénétie a aussi décrété l’interruption des festivités du célèbre Carnaval qui devait se terminer mardi, et des manifestations sportives ainsi que la fermeture des écoles et musées. Mais bars et restaurants restent ouverts.

En Lombardie, dans la métropole de Milan, capitale économique italienne, écoles, universités, mais aussi musées, cinémas et théâtres dont la prestigieuse Scala seront fermés. Tous les bars baisseront le rideau de 18h00 à 6h00 du matin. Mais les services publics restent ouverts.

Même la fashion week milanaise a été perturbée : le maestro Giorgio Armani, 85 ans, et la styliste Laura Biagiotti ont décidé de défiler dimanche portes closes et de retransmettre leurs présentations pour l’automne-hiver 2020 sur leurs sites web.

Dans les onze villes en quarantaine, tous les lieux publics (bars, restaurants mairies, bibliothèques, écoles) sauf les pharmacies, ont fermé dès vendredi.


►►► Coronavirus : les Belges qui séjournent en Italie sont invités à s’informer auprès des autorités


Le principal foyer se trouve autour de Codogno, 15.000 habitants, dont beaucoup travaillent aux alentours ou à Milan, à 60 km de là.

Les trains de la société privée Trenord ne s’arrêtent plus dans cette localité et deux villes voisines. Des panneaux lumineux annoncent : "Coronavirus, la population est invitée à rester chez elle, par mesure de précaution".

Tout près à Casalpusterlengo, une voiture de la police arrête tous les véhicules circulant sur la principale artère reliant les différentes bourgades.

"Nous allons rapidement installer un blocus total", a expliqué dimanche après-midi à l’AFP un policier, en soulignant que les agents informent "les gens que s’ils entrent, ils ne pourront plus sortir et inversement".

Le gouvernement a prévu des sanctions allant jusqu’à trois mois de réclusion pour les contrevenants.

Craintes de manquer de vivres

Mais la grande crainte des habitants est celle de manquer de vivres. Toute la journée, à Casalpusterlengo, des files se sont formées devant le supermarché Lidl, l’un des seuls ouverts.

Le patient 1 pour la Lombardie est un homme de 38 ans, Mattia, cadre de la multinationale anglo-néerlandaise Unilever qui a un site important près de Codogno, à Casalpusterlengo, où 120 des salariés sur 160 ont été testés.

Sa contamination reste un mystère : il est exclu qu’il ait été contaminé par l’un de ses amis revenu de Chine en janvier, car celui-ci, "sur la base des tests effectués, n’a pas développé les anticorps", selon le ministère de la Santé.

L’OMS reconnaît que "la hausse rapide des cas enregistrés en Italie depuis deux jours est inquiétante", selon un porte-parole. "Ce qui nous inquiète aussi c’est qu’on n’a pas pu identifier dans tous les cas des liens épidémiologiques clairs comme des voyages en Chine ou des contacts avec un cas confirmé".

L’autre zone de contamination est Vo' Euganeo, près de Padoue. Les autorités ont soumis à des tests huit ressortissants chinois qui fréquentaient le même bar que le maçon décédé vendredi mais qui se sont révélés négatifs.

Le patron de la région Luca Zaia s’est dit "préoccupé" que le patient zéro n’ait pas été trouvé, ce qui prouve pour lui que "le virus est bien plus omniprésent que ce qu’on pensait".

Le trafic ferroviaire entre l’Italie et l’Autriche passant par le col du Brenner a par ailleurs été arrêté en début de soirée dimanche, comme l’a indiqué à l’AFP un porte-parole de la compagnie autrichienne de chemin de fer ÖBB, avant de reprendre autour de minuit.

Un train reliant Venise à Munich (sud de l’Allemagne) a été bloqué à la frontière en raison de deux cas suspects de coronavirus. Selon la police, citée par l’agence autrichienne APA, deux passagères allemandes ont été prises en charge pour des examens médicaux peu après leur départ de Venise.

"L’alerte est levée, les tests de diagnostic effectués sur les deux cas suspects se sont révélés négatifs", a ensuite annoncé le ministère autrichien de l’Intérieur dans un communiqué.

La carte des régions italiennes touchées par le Coronavirus