Coronavirus en Italie: le Premier ministre pointe le dysfonctionnement "d'un hôpital" à l'origine d'un foyer épidémique

Le Premier ministre Giuseppe Conte a reconnu un dysfonctionnement dans un hôpital local ayant favorisé la propagation du nouveau coronavirus en Italie, qui accueille mardi une réunion des ministres de la Santé des pays voisins pour adopter des règles communes.

M. Conte a ainsi mis en cause la gestion "pas complètement appropriée" d'"un hôpital" pour expliquer une diffusion spectaculaire depuis vendredi du virus en Italie, le pays européen le plus touché avec 229 cas dont sept décès, et le troisième au monde après la Corée du Sud et la Chine.

"Désormais nous le savons, il y a eu une gestion au niveau d'une structure hospitalière pas complètement appropriée selon les protocoles de précaution recommandés dans de tels cas et cela a certainement contribué à la diffusion", a-t-il déploré sur chaîne publique Rai Uno.

Codogno en Lombardie, foyer principal de l'épidémie

Le principal foyer de l'épidémie a été identifié à Codogno, près de Lodi, à 60 km au sud de Milan. C'est dans cette localité de 15.000 habitants qu'avait été d'abord hospitalisé, mercredi dernier, Mattia, un cadre de 38 ans.

Il est considéré comme le "patient 1", d'où découle une grande quantité de cas recensés en Lombardie (nord-ouest), la région la plus touchée par le virus avec 172 cas détectés sur un total de 229.

Le personnel médical contaminé

Selon les médias, outre sa femme enceinte de 8 mois et d'autres proches, plusieurs des médecins qui l'ont examiné ont été infectés, ainsi que des infirmiers, des aides-soignants puis des patients et leur entourage.

Puisque la Santé en Italie est de la compétence des régions, le chef du gouvernement a aussi décidé de réunir mardi matin tous les présidents régionaux en vue de mieux se coordonner et d'éviter "des initiatives autonomes".

Réunion au sommet à Rome pour faire le point

Parallèlement, les ministres de la Santé de la France, la Suisse, l'Autriche, la Slovénie, la Croatie, frontaliers de l'Italie ainsi que l'Allemagne et l'Union européenne se réuniront dans l'après-midi à Rome pour tenter de définir des "lignes d'action communes" face à l'épidémie, alors que les pays européens ont jusqu'ici réagi en ordre dispersé. Une équipe de l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) est également arrivée sur place.

La réunion à Rome devrait débuter à 16H00 locales (15H00 GMT).

La France a ainsi édicté une série de recommandations pour les personnes revenant des deux régions italiennes les plus touchées par le nouveau coronavirus, la Lombardie et la Vénétie, en leur demandant notamment d'éviter "toute sortie non indispensable". Ces recommandations gouvernementales portent sur les 14 jours suivant le retour (durée jugée suffisante pour couvrir la période d'incubation du virus).

L'épidémie de coronavirus "est à nos portes", a averti mardi le ministre français de la Santé Olivier Véran avant son départ pour Rome. "On ne ferme pas les frontières car ça n'aurait pas de sens", a-t-il ajouté.

Londres a aussi demandé à ses ressortissants revenant de ces zones de rester isolés chez eux, d'éviter tout contact avec d'autres personnes et de se faire connaître auprès des services de santé.

►►► À lire aussi : Coronavirus en Italie : la carte en temps réel des régions touchées

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK