Coronavirus: en Chine, la sortie du confinement est difficile. Quid de la Belgique ?

La Chine, berceau du nouveau coronavirus à la fin de l’an dernier, semble avoir jugulé l’épidémie. Le nombre de nouvelles contaminations par le Covid-19 s’est effondré ces dernières semaines en Chine.

Mais les autorités s’inquiètent de voir la maladie revenir sur leur sol, en particulier depuis l’étranger. Le pays, où l’épidémie a fait plus de 3300 morts officiellement, a pris des mesures radicales pour bloquer l’entrée des étrangers et réduire le trafic aérien international.

Mardi, les 48 nouveaux cas de contamination enregistrés au cours des dernières 24 heures étaient tous d’origine importée, selon les chiffres du ministère de la Santé. Conséquence, la sortie du confinement est bien plus difficile qu’espérée par les autorités et les habitants.

Retour du confinement dans un comté en Chine

Ainsi, quelque 600.000 habitants d’un comté de Jia, dans le centre de la Chine, ont été placés en confinement ce jeudi 5 mars 2020 après la découverte d’un cas de Covid-19. Ses habitants ne peuvent désormais plus sortir de chez eux sans autorisation. Une femme qui s’était rendue dans le comté a été testée positive au Covid-19 après un contact avec une personne asymptomatique, selon les autorités provinciales.

La Chine a fait état jeudi de 55 nouveaux cas de personnes positives au nouveau coronavirus mais asymptomatiques, c’est-à-dire n’ayant pas la toux et la fièvre caractéristiques du Covid-19. Plus d’un millier d’entre elles est sous observation médicale. Le pays a par ailleurs signalé 35 nouveaux cas confirmés dits "importés". Pour y faire face, la Chine a fermé temporairement ses frontières à la plupart des étrangers et réduit drastiquement ses vols internationaux la semaine dernière. Toute personne entrant dans le pays se voit par ailleurs imposer une quarantaine de 14 jours.

5 images
Une vue aérienne montre un terrain de football public fermé à Hong Kong, territoire indépendant au sud-est de la Chine. © AFP – 30 mars 2020

Le sport reste à l’arrêt

Le gouvernement chinois a exclu ce mardi 31 mars 2020 toute reprise immédiate des principales compétitions sportives du pays. "Pour une meilleure prévention et contrôle de l’épidémie, aucun événement sportif majeur, comme les marathons qui rassemblent des foules de personnes, ne peut reprendre", a indiqué l’Administration générale du sport (AGS) dans un communiqué largement diffusé par les médias locaux. Une communication officielle qui éteint les spéculations sur une éventuelle reprise des saisons de football et de basket dans les prochaines semaines.

5 images
Un homme marche sur un viaduc devant l’Oriental Pearl Tower, avec un message projeté dessus qui dit "Wuhan, continuez", dans le quartier financier de Lujiazui à Pudong à Shanghai, le 8 février 2020. © AFP

Shanghai referme ses sites touristiques

De nombreux sites touristiques de Shanghai, qui avaient rouvert mi-mars, ont de nouveau fermé leurs portes ce mardi : les gratte-ciel comme la Tour de Shanghai, deuxième du monde avec ses 632 mètres, sa voisine la Perle de l’Orient, de même que l’Aquarium et le musée de cire Madame Tussauds. Aucune date de réouverture n’a été annoncée.

Ces sites avaient fermé leurs portes fin janvier, au moment où le pays se mettait sous cloche dans l’espoir de stopper la progression du virus.

5 images
Les personnes portant un masque facial sont contrôlées avant d’entrer dans un quartier de Wuhan, en Chine, dans la province centrale de Hubei, le 3 avril 2020. © AFP

Wuhan : on peut y entrer, mais pas en sortir

La métropole chinoise Wuhan, où le nouveau coronavirus a été détecté pour la première fois, est sortie en partie de son isolement ce samedi 28 mars 2020. Peu après minuit, un train de passagers a pu s’y arrêter. Les autorités avaient "fermé" la ville comptant 11 millions d’habitants en janvier au reste du monde pour lutter contre la propagation de la maladie Covid-19. Plus de 2500 personnes restent néanmoins encore hospitalisées à Wuhan.

Quitter la ville reste interdit mais il est désormais possible de rejoindre Wuhan. Des passagers, munis de leurs valises à roulettes, déambulaient à nouveau samedi dans la gare. Beaucoup étaient soulagés de pouvoir revenir enfin à Wuhan. Une femme âgée de 36 ans a raconté qu’elle et sa fille ont été séparées pendant près de dix semaines de son mari. "Lorsque le train s’est approché de Wuhan, nous étions surexcitées", a-t-elle déclaré. De longues files s’étiraient dans d’autres gares en Chine, avec de nombreuses personnes souhaitant prendre le train vers Wuhan. A Shanghai, la température des passagers était contrôlée.

Selon le correspondant de la RTBF à Wuhan, Zhifan Liu, le bilan d’aujourd’hui fait état de 4 nouveaux morts dans la ville de Wuhan. "Le chef du parti communiste a rappelé que le risque d’une seconde vague est élevé et a demandé aux habitants de limiter leurs déplacements au strict nécessaire." Seules les personnes en bonne santé sont autorisées à sortir dans les rues. Depuis une semaine, une partie des transports en commun sont de nouveau opérationnels.

5 images
Un homme portant un masque facial regarde à travers une barrière dans un quartier de Wuhan, en Chine, dans la province centrale de Hubei, le 3 avril 2020. – Wuhan, la ville du centre de la Chine où le coronavirus est apparu l’année dernière, a partielleme © AFP

En Belgique, un groupe de haut niveau pour gérer un "déconfinement" progressif

"Nous devons plancher dès à présent sur un scénario de sortie de crise", a fait valoir ce jeudi 2 mars la Première ministre Sophie Wilmès en séance plénière de la Chambre. Les mesures de confinement prises par le Conseil National de Sécurité en vue d’enrayer la propagation du coronavirus sont en vigueur jusqu’au 19 avril inclus, avec une prolongation possible jusqu’au 3 mai.

"Nous allons rassembler un groupe d’experts de haut niveau pour préparer un déconfinement progressif. Celui-ci sera présidé par une personne issue du monde scientifique car ce sera toujours la santé d’abord". Des personnes issues du monde économique et social seront aussi invitées à y participer. Mais "il y a malheureusement la difficile réalité de la situation sanitaire : 1011 décès. Je souhaite utiliser ce moment pour témoigner nos profondes condoléances. On sait que cette situation est dramatique", a déclaré Mme Wilmès (MR). "Nos efforts commencent à porter leurs fruits, c’est encourageant", a-t-elle ajouté.

Au niveau européen, l’entrée en confinement des pays membres n’avait pas été coordonnée. La sortie de confinement le sera-t-elle un peu plus ? Pour l’instant, difficile de répondre à la question étant donné que les pays se concentrent pour l’instant sur l’urgence de la crise actuelle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK