Coronavirus en Belgique : "Pas d’illusion, ces chiffres vont continuer à augmenter pendant quelques jours"

Comme tous les deux jours en semaine, Sciensano et le centre interfédéral de crise ont tenu une conférence de presse ce mercredi 28 octobre dès 11h00 afin de faire le point sur la propagation du coronavirus en Belgique.
 
Suite aux mesures fédérales, bruxelloises et wallonnes prises ces derniers jours, le gouvernement flamand a également décidé d’embrayer ce mardi soir : "Ces mesures auront un impact d’ici une dizaine de jours et notamment au niveau des hospitalisations" explique Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral.
 

►►► À lire aussi : L’évolution en temps réel de l’épidémie de coronavirus en Belgique en chiffres et graphiques


Les chiffres en constante augmentation

"Malheureusement, comme tous les autres jours, les indicateurs sont au rouge", a entamé le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, Yves Van Laethem. Hier, 689 hospitalisations ont été recensées et désormais, ce chiffre a dépassé le pic de la première vague qui était de 629 connus le 28 mars dernier. "Nous ne nous faisons pas d’illusions, ces chiffres vont continuer à augmenter au moins pendant quelques jours", déclare-t-il.

La moyenne dépasse désormais les 540 admissions chaque jour depuis une semaine (547 du 21 au 27 octobre), en hausse de 85% par rapport à la période précédente. Au total, 5554 patients sont hospitalisés à cause du coronavirus (contre 2969 le mardi 20), soit environ 250 en moins que lors du pic de la première vague atteint le 6 avril. Parmi eux, 911 sont aux soins intensifs (486 le mardi 20).

"Si le rythme se poursuit, nous devrions atteindre les 1000 patients aux soins intensifs dans les deux jours et dépasser les 2000 patients début novembre, autour du 6", a expliqué Yves Van Laethem. "Ce scénario n’est pas tout à fait certain mais ne peut plus être exclu".


►►► À lire aussi : Où pouvez-vous voyager en Europe ? La carte actualisée des zones rouge, orange et verte


 

"Nous avons connu, le 20 octobre dernier, le plus grand nombre de cas quotidiens". C’est 18.639 nouvelles infections qui ont été enregistrées en une seule journée. Il précise également que les derniers chiffres montrent toujours une hausse du nombre moyen d’infections, qui s’élève à près de 14.000 par jour entre le 18 et le 24 octobre, soit une hausse de 40% par rapport à la semaine précédente.

Avec une moyenne actuelle de près de 60 décès par jour, la Belgique déplore désormais plus de 11.000 morts du coronavirus depuis le début de la pandémie ressort-il des derniers chiffres de l’Institut de santé publique Sciensano. Au total, 347.289 personnes ont contracté le nouveau virus. Le porte-parole interfédéral rappelle qu’on teste uniquement les patients symptomatiques. De ce fait, les chiffres sont impactés.

Les décisions prises par les gouvernements sont difficiles et contraignantes mais pour Yves Van Laethem, il faut les appliquer car toute la population est touchée de près ou de loin.

Les 40 ans et plus, plus touchés par le virus

Les experts remarquent également une évolution de la prédominance de l’infection vers les groupes d’âge de la population active. La moitié de toutes les infections concerne actuellement les personnes de plus de 40 ans et le nombre de contaminations double chaque semaine chez les plus de 90 ans. "Sur les dernières semaines, on peut considérer qu’à-peu-près 2% des plus de 90 ans ont eu un diagnostic de Covid", a estimé Yves van Laethem.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : quand dois-je me soumettre à un test ? Réponse ici


Ce sont les provinces de Liège, du Hainaut et de Bruxelles-capitale qui sont encore les plus exposées au Covid-19. En moyenne, 2434 cas ont été recensés à Liège, 2269 dans le Hainaut et 1862 à Bruxelles.

Des chiffres qui sont tout de même encourageants. "L’augmentation est plus lente mais il faut tenir compte que le testing est différent", pointe Yves Van Laethem.

Le taux de reproduction, qui calcule la contagiosité du virus, est lui estimé à 1,442 pour la période du 21 au 27 octobre. Il est le plus élevé en Flandre orientale (1,434). Les provinces wallonnes restent toutefois celles comptant le plus grand nombre de cas, particulièrement Liège et le Hainaut.

Les Belges privilégient leur individualisme avant la santé publique

Pour Antoine Iseux du Centre de Crise, la situation est dramatique. Cependant, certaines personnes mettent en doute la gravité de la situation et ignorent les mesures sanitaires. "Ils privilégient leur individualisme avant la santé publique", déclare-t-il lors de la conférence de presse. "L’égoïsme est l’allié du virus et conduira à des situations encore plus chaotiques comme la situation que nous nous apprêtons à vivre". La responsabilité et la solidarité sont les seules réponses pour lutter contre cette crise sanitaire. 

Yves Van Laethem appelle également à la solidarité, "c’est le moment ou jamais de retrouver un élan de solidarité. Il ne faut pas forcément applaudir mais la meilleure manière serait d’appliquer les mesures sanitaires pour que les hôpitaux ne soient pas sous eau".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK