Coronavirus en Belgique : le scénario madrilène n'est pas impossible chez nous, selon Marius Gilbert

Madrid se voit à nouveau soumise à un bouclage partiel depuis hier soir, pour tenter de freiner l’épidémie de Covid-19. Risque-t-on le même scénario chez nous en Belgique ? Les contaminations, les admissions à l’hôpital tout comme les décès sont en effet toujours en augmentation. Pour l’épidémiologiste Marius Gilbert, ce n’est pas impossible.

"De toute façon, tôt ou tard, il faut trouver un moyen de stabiliser l’épidémie", répond Marius Gilbert. Pour lui, des mesures plus strictes sont possibles en Belgique selon deux scénarios à envisager. "Soit, on attend d’être à un niveau haut pour le faire et on doit passer par des mesures assez contraignantes. Soit, on cherche à s’organiser collectivement pour le faire à un moment où l’impact épidémique est beaucoup plus faible."

Avec les mesures de cet été, on a gagné deux mois.

Marius Gilbert souligne à quel point les mesures prises cet été ont eu un impact et ont évité d’être reconfiné aujourd’hui. "Si on n’avait pas pris des mesures assez fortes pendant l’été, on serait, en Belgique dans une situation assez analogue à ce que pourrait être l’Espagne. On a vraiment réussi à ralentir très très fort les choses, on a gagné deux mois."


►► Lire aussi: Toutes les infos sur le coronavirus


L’enjeu est de profiter de cette avance pour anticiper et éviter une nouvelle vague plus importante. "Maintenant, il faut profiter de ce capital et essayer d’arriver à stabiliser l’épidémie avant qu’elle n’arrive dans des niveaux où par l’impact de santé publique que l’épidémie aurait, on serait contraint de reprendre des mesures beaucoup plus fortes qui auraient un impact beaucoup plus fort sur la vie des gens."

D’où l’importance des gestes barrières, comme le rappelle un autre épidémiologiste, Yves Coppieters, dans les colonnes de La Libre Belgique ce samedi matin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK