Coronavirus en Belgique : "Il faut se faire vacciner", rappelle Yvon Englert, délégué général Covid-19 pour la Wallonie

Il y a quelques semaines encore, la Belgique était à la traîne en matière de vaccination. Or aujourd’hui, la Belgique est entrée dans le top 10 européen du nombre d’individus qui ont déjà reçu une première dose du vaccin.

Cette avancée s’explique par le volume de vaccins disponibles qui a augmenté de manière significative. "Pour donner une idée, au premier quadrimestre, on avait 50.000 vaccins pour la région wallonne par semaine. Depuis le 15 mars, nous sommes à un bon 100.000 doses par semaine. Et donc évidemment, la vaccination a pu accélérer", explique Yvon Englert, délégué général Covid-19 pour la Wallonie.

Près d’un tiers des personnes de plus de 75 ans en Belgique n’a pas encore reçu sa première dose

Actuellement, nous sommes dans la phase 1b, qui prévoit la vaccination des personnes de plus de 65 ans et des personnes entre 18 et 64 ans (inclus) présentant des facteurs de comorbidité, afin de limiter au maximum les hospitalisations.

Et pourtant, comme le souligne le délégué général Covid-19 pour la Wallonie, la vaccination chez les personnes âgées de 80 ans est en dessous des attentes espérés. Par contre les autres tranches d’âges, comme les 65/75 ans ou encore les 75/80 ans, sont en avance.

"Il y a toujours un décalage entre l’invitation et le moment ou les citoyens se vaccinent. La semaine prochaine, une action pour remotiver les personnes le plus âgées. Ils ont peut-être plus de difficultés à se rendre dans les centres de vaccination", rajoute-t-il.


►►► À lire aussi : Quels vaccins, quand et pour qui ? En a-t-on assez ? Le point sur la stratégie de vaccination en Belgique (graphiques)


A noter également que les livraisons de vaccins vont considérablement augmenter à partir de fin mai. "On nous annonce que la période de juin va être une nouvelle période d’accélération avec davantage de vaccins. On va devoir aménager nos campagnes de vaccination. Il va sûrement devoir vacciner 7 jours sur 7, utiliser nos hôpitaux et actionner nos médecins généralistes pour vacciner rapidement mais pour le moment ça n’est pas encore le cas", explique Christie Morreale, ministre wallonne de la Santé.

Et déjà ce lundi, la Belgique va recevoir un nouveau vaccin, il s’agit du Johnson & Johnson. Un vaccin qui pourrait éventuellement augmenter le rythme de vaccination mais qui suscite déjà quelques réactions puisque 4 cas de thrombose ont été recensés.

Yvon Englert rassure. "La science dit qu’il n’y a pas d’inquiétude particulière à avoir. Il y a eu un rapport de la FDI qui analyse les thromboses identifiées et qui, pour le moment ne montre aucun lien". Avant d’ajouter qu’il existe des centaines de thromboses tous les jours dans le monde. "Je crois qu’on doit faire comme jusqu’à présent, c’est-à-dire être extrêmement attentif. Le système de surveillance a très bien fonctionné pour AstraZeneca et donc je crois qu’il faut faire confiance à ce système", ajoute le délégué général Covid-19 pour la Wallonie.

L’ensemble des 65 et plus vaccinés pour la fin avril ?

Grâce au système de vaccination mis en place dans notre pays, Yvon Englert espère avoir vacciné l’ensemble des 65 ans et plus d’ici la fin avril. "Si notre troisième vague est plus tassée que la première ou de la deuxième, je pense que c’est en partie dû à un nombre significatifs de personnes âgées, donc à haut risque d’aller à l’hôpital, qui ont été vaccinées".


A lire aussi : La Belgique remonte dans le top 10 européen de la vaccination


La fin de la campagne de vaccination serait bouclée pour la fin de l’été, par cela, on entend la fin du mois d’août ou au plus tard, fin septembre. Alors abandonner les gestes barrières d’ici l’automne semble fort compromis. Toutefois pour envisager un scénario proche de "notre vie d’avant", des paramètres entrent en jeu. Il faut qu’il y ait eu une adhésion de la majorité de la population au vaccin.

"Je relance un appel à tout le monde. Il faut se faire vacciner", rappelle Yvon Englert. "Et c’est comme ça qu’on pourra s’en sortir. Si on a une couverture suffisante, on pourra retirer les gestes barrières pour l’automne", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK