Coronavirus : d’après Solidaris, il n’y a pas de surconsommation de soins en santé mentale pour l’instant

La crise sanitaire n’a pas entraîné de surconsommation de soins en santé mentale, affirme mercredi la mutualité socialiste Solidaris à la lumière de sa dernière analyse des chiffres. Le constat pourrait cependant être le révélateur d’une difficulté d’accès aux soins, estime-t-elle.


►►► A lire aussi : Burn-out et dépressions de longue durée en hausse de 40% en quatre ans


Selon le dernier baromètre "Confiance et bien-être" réalisé entre le 18 mai et le 4 juin 2021 par la mutualité, 28,4% de la population se déclarait en dépression modérée à sévère, plus de quatre personnes sur dix sont en "stress élevé" et cinq sur dix ressentent de l’épuisement face à la pandémie. Ces chiffres, qui confirment pourtant une tendance observée depuis le début de la crise, ne se traduisent pourtant pas dans les statistiques de l’Inami, relève Solidaris.

Le révélateur d’une difficulté d’accès aux soins de santé mentale et d’une offre sous-dimensionnée pour faire face à une hausse aussi rapide de la demande

Cette situation pourrait s’expliquer par un possible effet "retard", comme cela avait été observé à la suite de la crise économique de 2008. Cela pourrait également être "le révélateur d’une difficulté d’accès aux soins de santé mentale et d’une offre sous-dimensionnée pour faire face à une hausse aussi rapide de la demande", selon la mutualité.


►►► A lire aussi : Coronavirus en Belgique : une (future) mère sur deux souffre d’anxiété, voire de dépression


Celle-ci souhaite dès lors lancer un Baromètre Santé mentale pour monitorer précisément et régulièrement la situation en Belgique sur base des données quantitatives dont elle dispose. Solidaris "met ainsi à disposition son expertise en la matière et lance un appel aux acteurs politiques ainsi que du secteur de la santé mentale pour leur proposer un travail d’analyse de la consommation en santé mentale".

Conférence de presse Sciensano du 19/03/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK