Coronavirus : comment Donald Trump est passé du "risque très faible"... à la catastrophe inévitable

27/2: Trump juge le risque "très faible" pour les USA 

Fin février, le président américain Donald Trump affirme que le risque de propagation du coronavirus aux Etats-Unis est "très faible" mais une large propagation n'est pas non plus "inévitable". "Grâce à tout ce que nous avons fait, le risque pour les Américains reste très faible": le 2 février, l'administration Trump a interdit l'accès au territoire américain de tous les voyageurs non américains s'étant rendus en Chine dans les deux semaines précédant leur arrivée aux Etats-Unis.

Selon Donald Trump, les USA sont prêts à répondre à l'épidémie du nouveau virus à "une échelle beaucoup plus grande". Les Etats-Unis ont "commandé" de nombreux masques de protection "au cas où". 

Le même jour, L'agence de santé américaine CDC découvre le premier cas de Coronavirus en Californie d'origine inconnue aux Etats-Unis. A cette date, au moins 57 cas sont détectés dans le pays. "Il n'y a aucune raison de paniquer", exhorte le président américain.
6 images
Le président américain Donald Trump s'exprime lors d'une conférence de presse avec les membres des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sur l'épidémie de COVID-19 à la Maison Blanche le 26 février 2020. © AFP

12/3: Interdiction d'entrée aux USA depuis l'Europe 

Le président américain fait une allocution solennelle dans le Bureau ovale le 12 mars 2020: "Pour empêcher de nouveaux cas de pénétrer dans notre pays, je vais suspendre tous les voyages en provenance d'Europe vers les Etats-Unis pour les 30 prochains jours".

Les Etats-Unis dépassent la barre des 1.300 cas d'infection au nouveau coronavirus, et 38 personnes en sont mortes. Les prix du pétrole chutent de plus de 6% après l'annonce par le président américain Donald Trump.

6 images
Le président Donald Trump s'exprime à la télévision depuis la Maison Blanche alors que les traders travaillent sur le parquet de la Bourse de New York le 12 mars 2020. Les actions de Wall Street étaient dans le rouge au début de cette journée. © AFP

13/3: Trump déclare l'état d'urgence... et serre des mains

"Pour déclencher la pleine puissance des ressources du gouvernement fédéral, je déclare officiellement une urgence nationale", affirme-t-il depuis les jardins de la Maison Blanche. Le président explique que cette décision permettrait d'accéder à jusqu'à 50 milliards de fonds pour lutter contre le virus. "J'appelle chaque Etat (du pays) à mettre immédiatement en place des centres d'urgence" et les hôpitaux à activer leurs plans de préparation d'urgence "pour répondre aux besoins des Américains".

Mais à cette même conférence de presse, alors qu'il venait de rappeler au public américain les mesures d'hygiène publique de base à respecter, des mesures "de bon sens" selon lui, il serre la main de patrons de grandes entreprises américaines des secteurs de la distribution ou de la santé présents à la conférence. 

6 images
Brian Cornell, PDG de Target Corporation, serre la main du président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse sur le nouveau coronavirus, dans la roseraie de la Maison Blanche à Washington, DC, le 13 mars 2020. © AFP

16/3: Nouvelles mesures. Le virus n'est "pas sous contrôle"

Le gouvernement américain présente le 16 mars 2020 de nouvelles mesures pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus: éviter les rassemblements de plus de 10 personnes, ne plus manger dans les restaurants et les bars, éviter les voyages non essentiels, encourager le télétravail et de garder les enfants à la maison dans la mesure du possible.
 
"C'est mauvais, c'est mauvais. Mais nous espérons le meilleur des cas, pas le pire", ajoute Donald Trump. Le virus lui-même n'est "pas sous contrôle", a-t-il ajouté. Néanmoins, le président républicain signale qu'il n'envisage pas une quarantaine nationale. Il espère qu'il n'y aura pas de restrictions sur les voyages intérieurs. 

18/3: Frontière Etats-Unis/Canada fermée. Un "président en temps de guerre"

Le président américain Donald Trump annonce le 18 mars 2020 la fermeture temporaire de la frontière entre les Etats-Unis et le Canada pour tous les déplacements "non-essentiels", "Sur la base d'un accord mutuel" . Il ajoute que "Les échanges commerciaux ne seront pas touchés".

Deux jours plus tard, un sondage ABC News/Ipsos révèle que 55% des Américains approuvent la gestion par Donald Trump de la crise liée à la pandémie de nouveau coronavirus, contre 43% qui la désapprouvent. En une semaine, le changement de perception est net. Lors d'un sondage publié le 13 mars par le même institut, 43% des Américains seulement approuvaient son action, contre 54% qui la désapprouvaient. Le milliardaire républicain adopte désormais un ton nouveau, appelant à "l'unité nationale" face à cet "ennemi invisible". M. Trump se présente désormais comme un "président en temps de guerre".

6 images
Le président américain Donald Trump part après le briefing quotidien sur le nouveau coronavirus à la Maison Blanche le 18 mars 2020, à Washington, DC. © Tous droits réservés

20/3: Pas de confinement pour l'ensemble des États-Unis

Le président américain Donald Trump affirme le 20 mars qu'il n'envisage pas de placer l'ensemble des États-Unis en confinement pour faire face à la pandémie de coronavirus. "Je ne pense que nous jugerons cela nécessaire un jour", déclare-t-il lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. "Cela été faite en Californie, cela a été fait à New York, ce sont deux points chauds (...) Mais si vous allez dans le Midwest ou ailleurs, ils regardent tout cela à la télévision et n'ont pas les mêmes problèmes".

23/3: Trump "J'adorerais rouvrir" le pays "d'ici Pâques"

Le président américain Donald Trump déplore l'impact des restrictions sur l'économie et laisse entendre qu'il pourrait aller vers un assouplissement, faisant fi des recommandations des autorités sanitaires et scientifiques de son pays. "Nous ne pouvons laisser le remède être pire que le problème lui-même", écrit-il sur Twitter. "Il faut aplatir la courbe (des contaminations), PAS l'économie", souligne l'un de ces messages.

Le lendemain, sur Fox News, Donald Trump remet à nouveau en garde mardi contre un confinement prolongé aux Etats-Unis, qui pourrait selon lui "détruire" le pays. Le président estime qu'une "grave récession" pourrait faire plus de victimes que le nouveau coronavirus. "On perd des milliers et des milliers de personnes chaque année à cause de la grippe, et on ne met pas le pays à l'arrêt", a affirmé M. Trump. La grippe fait environ 37.000 morts en moyenne chaque année aux Etats-Unis. Le nouveau coronavirus a entraîné la mort de 600 personnes, avec près de 50.000 cas officiellement déclarés, selon le comptage de l'université John Hopkins. "Il faut retourner au travail, beaucoup plus tôt que les gens ne le pensent""J'adorerais rouvrir" le pays "d'ici Pâques"

6 images
Le président américain Donald Trump participe à un Town Hall virtuel de Fox News dans la roseraie de la Maison Blanche le 24 mars 2020 à Washington, DC. Les cas de COVID-19 continuent d'augmenter aux États-Unis, le nombre de cas à New York ayant doublé to © AFP

27/3: Trump signe un plan de relance de 2000 milliards de dollars

Le président américain Donald Trump signe vendredi 29 mars le plan de relance de 2.000 milliards de dollars adopté par le Congrès pour soutenir la première économie mondiale, asphyxiée par le coronavirus. "Nous avons été frappés par l'ennemi invisible et nous avons été durement frappés", déclare M. Trump lors d'une cérémonie de signature dans le Bureau ovale. Le locataire de la Maison Blanche prédit une nouvelle fois un rebond économique "spectaculaire" aux Etats-Unis une fois le combat contre le virus achevé. 

1/4: Les 2 prochaines "semaines seront très très douloureuses"

Donald Trump a prévenu ce mardi les Américains que les deux prochaines semaines seraient "très très douloureuses" alors que le bilan du nouveau coronavirus ne cesse de s'alourdir aux Etats-Unis. "Nous allons traverser deux semaines très difficiles", a ajouté le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. "Je veux que chaque Américain soit prêt pour les jours difficiles qui nous attendent", a-t-il encore dit, le ton grave.
 
Selon le décompte de l'université Johns Hopkins qui fait référence, plus de 184.000 cas de contamination par le Covid-19 ont été enregistrés aux Etats-Unis et plus de 3.700 décès. Le nombre de décès continue de s'accélérer, notamment à New York, épicentre américain de la pandémie.
 
La Maison Blanche estime que la maladie fera entre 100.000 et 240.000 morts si les restrictions actuelles sont respectées, contre 1,5 à 2,2 millions sans aucune mesure. Le président américain affirme que si son administration maintient le nombre de morts à 100 000, elle aura fait "un très bon travail".
6 images
Le président américain Donald Trump montre un graphique lors de la séance d'information quotidienne sur le nouveau coronavirus dans la salle de briefing Brady de la Maison Blanche, le 31 mars 2020, à Washington, DC. © AFP