Coronavirus : combien de temps le virus peut-il survivre dans l’air, sur du carton, du plastique… ?

Le nouveau coronavirus Covid-19 est désormais qualifié de pandémie par l’OMS et le pic n’est pas encore atteint en Belgique. Les hôpitaux se préparent au pire. Afin de limiter la propagation, les épidémiologistes et les autorités demandent de prendre toutes les précautions possibles : éloignement physique de deux mètres entre les personnes, pas de contacts physiques ou encore éternuement dans son coude. Mais les mesures de précaution pourraient être plus drastiques encore. En effet, plusieurs récentes études démontrent que le virus peut rester vivant en dehors du corps humain, par exemple jusqu’à trois heures dans l’air et jusqu’à trois jours sur certaines surfaces.

Toilettes et éviers contaminés

Selon une étude publiée dans la revue américaine Jama publiée mercredi 4 mars 2020 et réalisée à Singapour, le virus peut s’accrocher aux surfaces des lieux où se trouvent des personnes contaminées par le Covid-19. Ainsi, pour le cas d’un patient atteint du Covid-19 et qui toussait légèrement, il y a eu une importante contamination de son environnement, notamment dans les toilettes : "Les échantillons prélevés dans les toilettes et les éviers étaient positifs, ce qui suggère que l’excrétion virale dans les selles pourrait être une voie de transmission potentielle." Dans le reste du logement, le sol, les meubles, la chaise ou encore le lit étaient également contaminés.

Par contre, il semblerait qu’un nettoyage avec des produits désinfectants adaptés fonctionne : "Les échantillons post-nettoyage étaient négatifs, ce qui suggère que les mesures de décontamination actuelles sont suffisantes." Attention tout de même : selon la même étude, les produits de nettoyage classiques ne sont pas efficaces, seuls les désinfectants utilisés par le personnel médical depuis le début de la crise du Covid-19 le sont.

Néanmoins, les auteurs restent prudents quant à cette première étude : "d’autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats préliminaires."

4 images
Une femme désinfecte une porte d’un bureau de vote à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France lors du premier tour des élections municipales en France. © AFP – 15 mars 2020

Un virus actif jusqu’à trois jours sur les surfaces? 

Selon une étude des Institutions Nationales de Santé américaine, National Institute of Health, publié mercredi 11 mars 2020, le Covid-19 peut continuer à vivre dans l’air pendant plusieurs heures et sur certaines surfaces jusqu’à deux ou trois jours. Pratiquement, les chercheurs ont diffusé le virus sur des surfaces au moyen d’aérosols reproduisant la situation d’une personne qui tousse : "Nous avons constaté que le virus toujours vivant peut être détecté jusqu’à 3 heures dans l’air, jusqu’à 4 heures sur le cuivre, jusqu’à 24 heures sur les cartons et jusqu’à 2-3 jours sur le plastique et l’acier inoxydable."

Cette première étude, qui devra certainement être complétée par d'autres, tend à démontrer que si vous touchez une surface précédemment touchée par une personne infectée du coronavirus, vous pourriez contracter à votre tour la maladie, et ce, que ce soit chez vous, chez une connaissance ou dans un lieu public. Par ailleurs, un colis livré chez vous dans un carton pourrait également porter le virus si une personne infectée l’a contaminé.

En l'état actuel des connaissances encore parcellaires, le principe de précaution recommanderait dès lors rester chez soi: #jeresteàlamaison. En outre, il s'agit de rester très vigilants avec les emballages manipulés par d’autres personnes.

Jean Ruelle, virologue à l'UCLouvain nuance néanmoins ces deux études : "la détection du virus sur une surface ne signifie pas que ce virus est encore infectieux. Je m'explique : les coronavirus sont des virus munis d'une enveloppe, entourant une capside protéique protégeant le matériel génétique du virus. Pour que le virus soit infectieux, il faut que l'enveloppe soit intacte. Les tests utilisés dans les articles référencés pour mettre en évidence le virus sur les surface sont des RT-PCR, qui amplifient le matériel génétique." Selon le virologue, il est possible d'avoir une réaction positive plusieurs heures ou plusieurs jours après alors que le virus n'est plus infectieux et ne peut donc plus contaminer personne. Les chercheurs ne connaissent pas actuellement le temps exact à partir duquel le virus est toujours infectieux.

Jusqu’à 9 jours sur les surfaces ? Non

L’étude mentionnée ci-dessus dément ce que certains articles de presse mentionnent: la possibilité que le Covid-19 reste vivant jusqu’à neuf jours sur les surfaces. Ces affirmations se basent sur des comparaisons avec d’autres virus, qui eux, restent vivants plus longtemps. Ce n’est pas le cas du Covid-19 selon l’état actuel des études scientifiques.

4 images
Un gel désinfectant pour les mains – 14 mars 2020. © BELGA

Contamination d’un étage à l’autre dans un centre commercial

En Chine, dans un centre commercial de Wenzhou (ville de 8 millions d’habitants), des personnes situées à différents étages ont été contaminées au virus en même temps alors qu’elles ne s’étaient pas rencontrées. Les chercheurs qui ont réalisé une étude à ce sujet expliquent qu’ils ont "surveillé et tracé les contacts étroits et émis des hypothèses sur les modes de transmission possibles." Selon le Docteur Cai, spécialiste des maladies infectieuses, la propagation rapide Covid-19 pourrait être due à l’utilisation commune des boutons d’ascenseur, des robinets de toilettes, voire de la présence du virus dans l’air : "Tous les patients […] étaient des femmes, y compris un nettoyeur de toilettes, de sorte que l’utilisation courante des toilettes pourrait avoir été la source d’infection. Pour les patients qui étaient des clients du centre commercial mais qui n’ont pas déclaré avoir utilisé les toilettes, la source d’infection pourrait être les ascenseurs."

Les chercheurs concluent que "la transmission […] s’est produite sans contact étroit prolongé dans ce centre commercial" entre les personnes, le virus s’est donc propagé par transmission indirecte selon eux. Cette étude ne concerne évidemment qu'un seul cas, celui d'un centre commercial. Il ne s'agit en rien d'une étude épidémiologique de grande ampleur. Néanmoins, elle tend à démontrer que la solution la plus prudente en entreprise et sur les lieux de travail est de généraliser le télétravail tant que c’est possible.

4 images
Un gel désinfectant pour les mains à l’entrée d’une épicerie à Hasselt. Les surfaces des magasins peuvent être contaminées par le coronavirus si une personne malade les a infectées. 14 mars 2020. © BELGA
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK