Coronavirus: après les Italiens, Israël interdit l'entrée aux Français et autres Européens non résidents

Les touristes en provenance de France, Espagne, Autriche, Allemagne et Suisse ne pourront plus entrer en Israël à partir de vendredi à 8h du matin.
Les touristes en provenance de France, Espagne, Autriche, Allemagne et Suisse ne pourront plus entrer en Israël à partir de vendredi à 8h du matin. - © EMMANUEL DUNAND - AFP

Israël a annoncé mercredi avoir décidé d'interdire, sauf à de rares exceptions, l'entrée sur son territoire aux citoyens français, allemands, espagnols, autrichiens et suisses non résidents afin d'éviter la propagation du nouveau coronavirus. "Les ressortissants de ces pays ne pourront pas pénétrer sur le territoire israélien, sauf s'ils prouvent qu'ils ont un lieu pour se mettre en quarantaine", a indiqué le ministère de la Santé qui a fait état de 15 cas d'infection au nouveau coronavirus en Israël. 

Le ministère de l'Intérieur a de son côté précisé que les "touristes en provenance de France, Espagne, Autriche, Allemagne et Suisse ne pourront plus entrer en Israël à partir de vendredi à 8h du matin". "Les personnes arrivant avant cette date ne seront pas refoulées", assure-t-il dans un communiqué. Et "les Israéliens et touristes qui auront été en transit dans un aéroport d'un de ces pays ne subiront aucune restriction à leur arrivée".


►►► À lire aussi: Coronavirus : que faire si on a prévu de voyager dans les prochaines semaines ?


Avec l'Italie et l'Allemagne, la France est l'un des principaux foyers du nouveau coronavirus en Europe. Environ 150.000 Français sont établis en Israël, dont une grande partie ont la double nationalité. 

Extension de l'interdiction après l'Italie et plusieurs pays asiatiques

Les autorités israéliennes avaient déjà interdit l'accès au pays aux Italiens et à des ressortissants de plusieurs pays asiatiques dont le Japon, la Corée du Sud et la Chine, où l'épidémie a pris naissance en décembre. De nombreux voyageurs avaient ainsi été renvoyés chez eux à leur arrivée à l'aéroport et de nombreuses liaisons aériennes annulées. 

"Nous sommes dans une meilleure situation que d'autres pays car depuis le début j'ai donné des instructions pour agir au maximum et pas au minimum", a dit le Premier ministre Benjamin Netanyahu. "Nous avons pris des mesures strictes, très strictes, pour ralentir la propagation de la maladie en Israël".

"Contrairement à d'autres pays, nous avons aussi opté pour une politique d'isolement et de tests approfondis", a ajouté M. Netanyahu dans sa première conférence de presse depuis la victoire de son parti, le Likoud, aux élections législatives de lundi. 

Ni toucher, ni embrasser la mézouza

Les autorités israéliennes avaient déjà exhorté leurs ressortissants à éviter tout déplacement à l'étranger afin d'éviter la contamination au Covid-19. "Nous suivons ce qui se passe aux Etats-Unis", a indiqué mercredi Moshé Bar Siman Tov, directeur du ministère de la Santé, soulignant que l'étendue de l'épidémie n'était pas encore connue dans ce pays, grand allié de l'Etat hébreu.

M. Netanyahu a aussi invité la population à ne pas s'embrasser, ne pas se serrer, disant qu'il y avait d'autres moyens de se saluer comme dire "namasté", a-t-il dit en penchant les épaules comme le salut indien. Le grand rabbin d'Israël David Lau a exhorté la population à "ni toucher, ni embrasser la mézouza", ce rouleau de parchemin placé à l'entrée de maisons appartenant à des juifs, comme le veut une coutume largement suivie dans le pays. 

"Suite à la propagation de cette maladie, il est interdit d'embrasser la mézouza et même de la toucher", a affirmé le rabbin Lau.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK