Cet ingénieur de 49 ans amène son père se faire vacciner contre le coronavirus au Heysel : il se fait vacciner en "bonus surprise"

C’est une histoire qu’il vit comme son "karma" du jour. Elle alimentera sûrement bien des remarques aussi, du genre : "Pourquoi lui et pas ma mère, etc". Toon a le sourire aujourd’hui. Il accompagnait son père de 77 ans au centre de vaccination du Heysel. C’était normalement sa sœur qui devait le faire. Elle avait une réunion Zoom. Toon a alors annulé sa propre réunion pour emmener son papa.

"J’accompagnais mon père jusqu’au check-in", raconte-t-il. "J’ai dû avoir un coup de bol, je n’ai pas demandé, c’est la dame au guichet qui a dit 'Etes-vous intéressé ? Les accompagnateurs qui font partie de la bulle de la personne à vacciner peuvent avoir le vaccin'".

Et ni une, ni deux, en direct, Toon a reçu le SMS disant que son rendez-vous était confirmé. L’étiquette sortait de l’ordinateur. Père et fils se sont retrouvés dans le même box de vaccination. "C’était un moment très chaleureux," raconte le fils. "Et en plus, on a reçu des pralines en sortant !".

"Je suis toujours en train de me pincer pour voir si c’est vrai", dit-il. "Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je suis un homme d’affaires dans les technologies des données, ça m’arrange fortement". A 49 ans, sans comorbidités, Toon a donc reçu sa première dose de vaccin AstraZeneca. "C’était un lundi inattendu."


►►► Les plus de 65 ans ont parfois des difficultés à se déplacer pour se faire vacciner : quelles solutions et quelles perspectives ?


Comment cela est-il possible ?

La réponse est tombée pendant le JT de 13h : Emin Luka, directeur de Brussels Expo, a expliqué que la consigne était de vacciner également les accompagnants âgés de 60 ans au moins. "Il y a eu", a-t-il dit, "un petit souci de briefing" qui a fait que des personnes plus jeunes ont reçu le vaccin. Ce n'est pas Toon qui s'en plaindra.

Sur le même sujet:

Journal télévisé du 08/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK