Ce Codeco, "c’est le début de la fin de la bulle" dans la sphère privée: à quoi faudra-t-il faire attention?

Certains Belges l’auraient presque oublié mais en fait, la bulle sociale est toujours d’actualité : 10 personnes en extérieur dans la sphère privée et deux contacts rapprochés à l’intérieur en plus de son foyer. Le Comité de concertation de ce jour va probablement mettre fin à cette restriction, comme l’explique Pierre-Yves Dermagne ce matin sur La Première.

"C’est le début de la fin de la bulle", explique le vice-Premier ministre, en charge de l’Economie, du Travail et de la concertation sociale. "C’est le début de la reprise d’une vie normale, le début du retour à la vie en société avec quand même, toujours, un point d’attention par rapport à l’évolution de la situation. On appelle l’ensemble des Belges à rester prudents."

On entre dans une deuxième phase moins contraignante

Des recommandations sur les contacts privés plutôt que des règles fixées dans un arrêté ministériel comme c’est le cas pour le moment, c’est ce qui devrait sortir du Codeco de ce vendredi. Ainsi, plutôt que d’imposer des conditions telles que passer un test PCR ou être vacciné pour pouvoir côtoyer des gens lors de grands événements publics, le politique compte sur le civisme de la population dans la sphère privée.

"On entre dans une deuxième phase moins contraignante et qui mise effectivement sur l’intelligence, la bonne volonté des Belges, continue Pierre-Yves Dermagne. On a pu compter sur leur soutien et sur leur adhésion à l’ensemble des règles et si on est aujourd’hui avec des chiffres bons, on voit que les mesures qui ont été suivies au prix d’importants sacrifices ont porté leurs fruits."

Rester prudent

En finir avec la bulle sociale dans la sphère privée, ça ne veut pas dire abandonner tous gestes barrières, rappellent nos autorités. "Il faut faire la distinction entre espaces publics et la vie privée, s’exprime Frank Vandenbroucke, ministre fédéral de la Santé à notre micro. Dans son jardin, à domicile, là, je crois qu’on peut dire que si des personnes se rencontrent et qu’elles sont toutes complètement vaccinées, évidemment, la distanciation sociale n’est plus nécessaire."

Sans le vaccin, le politique rappelle quelques règles de prudence :

  • Se laver les mains régulièrement
  • Rester chez soi si on se sent malade, si des symptômes apparaissent
  • Se faire tester : les autotests sont disponibles en pharmacie
  • Privilégier le plein air, c'est toujours plus sûr qu'à l'intérieur
  • Préférer les petits comités aux grandes retrouvailles
  • Aérer à l'intérieur

►►► Lire aussi : Depuis le 8 mai, les Belges respectent moins la distanciation sociale et la limitation des contacts sociaux, selon une étude de l’UCLouvain


Et de donner son propre exemple. "Si j’ai quatre amis de mon âge et qu’on est tous vaccinés, la distance sociale a peu de sens. Mais si dans notre groupe, il y a un ami qui n’est pas vacciné, alors, il faut rester prudent. La distanciation sociale s’impose. Le masque aussi, si la distance n’est pas possible. C’est le genre de recommandations que l’on va faire."

Le ministre invite à réfléchir à plusieurs critères :

  • Les personnes que je côtoie sont-elles toutes vaccinées complètement ?
  • Y a-t-il des personnes âgées non-vaccinées dans la bande ?
  • Y a-t-il des personnes avec comorbidités non-vaccinées ?

"Si on est dans un groupe où ça n’est pas le cas pour tout le monde, la distance sociale et le port du masque s’imposent, explique le ministre fédéral de la Santé. J’ai confiance en la population."

Extrait du Comité de concertation du 04/06/2021 : 10 astuces pour profiter de l'été en sécurité

L'invité de Matin Première du 04/06/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK