Annelies Verlinden, ministre de l'Intérieur : "On essaie d'éviter un reconfinement"

Le taux de contamination du coronavirus ne cesse d’augmenter jour après jour. Et pourtant, depuis lundi, des nouvelles mesures sont entrées en vigueur pour maîtriser l’épidémie, des mesures plus coercitives sont nécessaires, martèlent les autorités.

"Il est encore trop tôt pour voir l’impact des mesures qu’on a commencé lundi. On analyse les chiffres tous les jours. Dans tous les cas, on essaie d’éviter un reconfinement", affirme Annelies Verlinden, la nouvelle ministre de l’Intérieur qui était l’invitée de Thomas Gadisseux dans la matinale de la Première.


►►► A lire aussi: Un nouveau confinement en Belgique pour lutter contre le coronavirus ? Les arguments pour et contre


Annelies Verlinden appelle au bon sens des citoyens belges pour suivre à la lettre les instructions du gouvernement comme le respect du couvre-feu ainsi que la fermeture de l’HoReCa. "Il faut être très ferme. Je comprends qu’il y ait une déception et une frustration car tous les cafés et restaurants ont fait de leur mieux pour respecter les mesures mais il fallait prendre des mesures très sévères pour que le virus ne puisse plus se propager", explique la ministre de l’intérieur.

En cas de violation des règles sanitaires, les amendes varient entre 250€ et 750€

Dans le cas du non-respect des mesures, des poursuites peuvent avoir lieu : "On essaie de demander aux gens de payer immédiatement leur amende (250€ pour les personnes et 750€ pour les organisateurs) et si ce n’est pas le cas, c’est envoyé au parquet.". Selon les derniers chiffres fournis par le parquet de Bruxelles pour les trois derniers mois de gestion du contentieux, 1157 affaires dites "covid" ont été fixées avec pour résultat 708 condamnations et 449 acquittements. C’est-à-dire qu’un tiers des prévenus sont acquittés.

Les policiers bientôt dans la liste des groupes prioritaires au testing ?

Les violations des règles sanitaires sont une priorité pour la police qui n’est pas à l’abri d’une contamination au Covid-19. "On suit la situation sur le terrain et si c’est nécessaire la police fédérale est là pour aider la police locale. La ministre de l’Intérieur souhaite que les policiers fassent partie des groupes prioritaires. J’ai envoyé une lettre hier au Premier ministre et au ministre de la Santé pour demander que le corps de police puisse faire partie des groupes prioritaires des testing et qu’on puisse éviter un maximum la contamination".

Malgré les chiffres qui montrent qu’il y a une différence entre le Nord et le Sud du Pays, la ministre de l’Intérieur souhaite qu’on comprenne que c’est ensemble qu’on va combattre le virus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK