Les Juifs de Belgique se confient dans Questions à la une

Les Juifs de Belgique se confient dans Questions à la une
3 images
Les Juifs de Belgique se confient dans Questions à la une - © Tous droits réservés

Une de nos équipes a été à la rencontre de membres de la communauté juive suite à un constat: la nette augmentation du nombre d'actes antisémites en Belgique. Quel est leur sentiment? Comment le vivent-ils au quotidien? Pour le second volet de l'émission, Sam Touzani, le comédien belge, vous livre sa carte blanche: "Faut-il être Charlie?" Mercredi 29/04 à 20h20 sur La Une

1 - Juifs de Belgique: rester ou partir?

130 actes antisémites en 2014. Soit une hausse de 60% par rapport à 2013, selon le Centre interfédéral de l’Egalité des chances.

Au vu de ces chiffres, la Belgique connaît une hausse inquiétante d’actes antisémites.

Près d’un an après l’attentat contre le musée juif de Bruxelles, et alors que le nombre de départs de Juifs vers Israël mais, surtout vers les Etats-Unis ou le Canada, est en nette augmentation, Questions à la une est parti à la rencontre de membres de la communauté juive de Belgique forte de quelques 30.000 membres.

Brigitte, Dan, Dario, Gérard, Anne, Shirley, Simon et bien d’autres, membres ou représentants de cette communauté intégrée depuis longtemps en Belgique, ont exprimé leur malaise, leur mal-être dans la Belgique d’aujourd’hui. Un sentiment d’abandon parfois mais, aussi leur espoir dans une vraie prise de conscience sur les risques que cette recrudescence de l’antisémitisme fait peser, non seulement sur l’avenir de cette communauté juive mais, aussi sur celui des valeurs qui font le socle des systèmes démocratiques en Europe.

Une enquête de Hervé De Ghellinck

2 - Faut-il être Charlie?

Questions à la une vous propose un reportage inédit. Pour la première fois, l'émission offre une carte blanche à Sam Touzani, le comédien belge.

Trois mois avant l'attentat contre Charlie Hebdo, il avait emmené une de nos équipes dans les locaux du journal satirique. Suite aux évènements du 7 janvier, il a enquêté sur la question du droit au blasphème.

Pourquoi ne sommes-nous pas tous Charlie ? Pour répondre à cette question, Sam Touzani est allé à la rencontre d'une survivante de l'hebdomadaire, d'intellectuels, d'hommes politiques et de nombreux jeunes. Il nous livre, aujourd'hui, son regard sur la question.

Sam Touzani avec la collaboration de Laurent Mathieu

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK