Faut-il supprimer les bonus des patrons? - Peut-on survivre sans consommer?

Questions à la une
Questions à la une - © RTBF

Questions à la une s'intéresse aux bonus des dirigeants des grandes entreprises: faut-il légiférer pour les limiter? Le magazine est aussi allé à la rencontre de ceux qui font le choix de vivre en consommant le moins possible.

Faut-il supprimer les bonus des patrons ?

Depuis les années 90, les rémunérations des grands patrons sont composées d'une partie fixe; un salaire de base et une partie variable; le fameux bonus. Un bonus qui peut se chiffrer aujourd'hui en centaines de milliers d'euros, voire en millions d'euros. Des montants qui dépassent l'entendement.

Comment en est-on arrivé là? Qui fixe les règles? Comment est-il possible d'atteindre des montants aussi énormes alors que partout dans les entreprises on demande au personnel de modérer ses ambitions salariales?

Depuis la crise bancaire de 2008, lorsque les Etats ont sauvé les grandes banques de la faillite, les grands patrons avaient pourtant promis de faire profil bas, de mieux encadrer les bonus. Qu'en est-il aujourd'hui? N'a-t-on donc pas retenu les leçons de la crise? Une enquête de Danielle Welter et Natacha Masse

Peut-on survivre sans consommer ?

La société de consommation a-t-elle encore de l'avenir? Face à la crise et aux menaces qui pèsent sur la planète, les mentalités changent. Certains remettent en question leur mode de vie et choisissent de vivre dans une extrême simplicité en réduisant drastiquement leur consommation. Ce style de vie porte un nom : c'est la simplicité volontaire. Qui sont les adeptes de ce mouvement, quelles sont leurs motivations?

Au cours de cette enquête, Questions à la une a rencontré des personnes qui se contentent du minimum. Certaines vivent volontairement avec seulement deux euros par jour, d'autres ont, par choix, élu domicile dans une cabane en bois ou dans une yourte. 

Une enquête signée Christine Lenaerts et Carol Gilet.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK