Un test psychiatrique pour Donald Trump? Une élue démocrate lance une pétition

C'est la première fois que la santé mentale de Donald Trump est remise en cause par une parlementaire de haut rang.
C'est la première fois que la santé mentale de Donald Trump est remise en cause par une parlementaire de haut rang. - © Darren Hauck - AFP

Un examen psychiatrique pour Donald Trump. C’est l’objet de la récente pétition lancée sur le site Change.org par Karen Bass, élue de la région de Los Angeles au Congrès fédéral à Washington depuis 2010. "Il est de notre devoir patriotique de soulever la question de sa stabilité mentale", affirme la représentante démocrate de Californie. L’argument principal du texte réside dans le fait que le milliardaire "présente tous les symptômes" du trouble de la personnalité narcissique (NPD).

Pour l’ex-assistante médicale Karen Bass, Donald Trump présente en effet l’ensemble des critères établis dans le manuel clinique DSM ("diagnostic and statistical manual of mental disorders") de l’association américaine de psychiatrie. Des critères parmi lesquels figurent le besoin d’être sans cesse admiré ou le fantasme d’un succès sans limite, qui dressent selon Karen Bass le parfait portrait du candidat républicain à la Maison Blanche.

La représentante démocrate n’hésite donc pas à dénoncer un homme "arrogant et incapable de gérer ses émotions" et appelle dès lors les associations de psychologues à réclamer l’accord du parti républicain pour soumettre le candidat à un test psychiatrique.

Donald Trump déjà mis en cause à plusieurs reprises

Si la candidate démocrate à la présidentielle, Hilary Clinton, avait déjà mis en cause la personnalité de son rival, c’est la première fois qu’une parlementaire nationale remet en cause l’état mental du magnat de l’immobilier.

Barack Obama a quant à lui récemment appelé les Américains à "juger par eux-mêmes" le profil du candidat républicain, estimant toutefois qu’il manquait de "jugement" ainsi que des "connaissances" nécessaires pour briguer la présidence des Etats-Unis.

Déjà plus de 30 000 signatures

Lancée le 3 août dernier, la pétition rassemble déjà plus de 30 000 signatures. Mais l’initiative suscite également la polémique. Plusieurs associations et familles de patients atteint de troubles psychiatriques s’indignent en effet à la lecture de cette pétition. Selon eux, associer des troubles de la personnalité à l’incapacité de Donald Trump à gouverner reviendrait à qualifier d’incompétentes toutes les personnes qui souffrent de cette pathologie.

Une campagne sur Twitter a également été lancée pour relayer la pétition, via le hashtag #DiagnoseTrump.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK