Un proche de Trump appelle à "bombarder Détroit, disgrâciée par les musulmans"

Un proche de Trump appelle à "bombarder Détroit, disgraciée par les musulmans"
Un proche de Trump appelle à "bombarder Détroit, disgraciée par les musulmans" - © Tous droits réservés

L’ami et "irremplaçable" ancien homme à tout faire de Donald Trump, Anthony Senecal, s’est exprimé sur NBC news ce jeudi, pour clarifier de nombreux messages Facebook dans lesquels il appelait à "pendre" le président Obama, un "agent ennemi" et un "traître" à qui "on aurait dû mettre une balle dans la tête dès son premier mandat".

Dans son interview de jeudi, Anthony Senecal a en effet clarifié les choses, puisqu'il a été encore bien plus radical que dans ses précédents statuts appelant au meurtre du chef de l’État.

En effet, il a cette fois maintenu que le président devait être pendu pour trahison, mais également que cette pendaison devait avoir lieu en même temps que celle d’Hillary Clinton, depuis "la Mosquée Blanche qui était autrefois la Maison Blanche" et que l'exécution devrait être télévisée.

Je m’en tape qu’ils soient dans les Etats-Unis, je ne les veux pas dans les Etats-Unis. Ils n’appartiennent pas à ce pays

En outre, il a appelé à bombarder jusqu’à leur destruction totale les villes de Détroit et Milwaukee, car la population musulmane y est trop importante selon lui. Soit un appel à l’extermination pure et simple de quelque 1,3 millions de citoyens américains.

"Je m’en tape qu’ils soient dans les États-Unis, je ne les veux pas dans les États-Unis. Ils n’appartiennent pas à ce pays, ils appartiennent aux dunes de sable dont ils sont issus", a expliqué l'homme dans son interview, parce que ces villes ont été "totalement disgrâciées par les musulmans", selon celui qui a travaillé 17 ans comme majordome pour Donald Trump avant de devenir "l’historien officieux" de sa propriété de Palm Beach.

Voir la vidéo ci-dessous, dans laquelle est reprise cette interview:

Après la révélation de ces appels au meurtre du président Obama, l’équipe de campagne officielle de Donald Trump avait pris ses distances avec ces "horribles propos tenus à propos du président". Donald Trump, lui, n’a pas encore personnellement réagi à ce jour et ces posts n'avaient suscité aucune réaction dans le camp du probable futur candidat républicain à la présidentielle jusqu'à ce que les médias les relaient.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK