Michelle Obama se met au service d'Hillary Clinton

Michelle Obama se transforme en arme de séduction de la campagne d’Hillary Clinton
4 images
Michelle Obama se transforme en arme de séduction de la campagne d’Hillary Clinton - © Tous droits réservés

Michelle Obama se transforme en arme de séduction de la campagne d’Hillary Clinton. Depuis la mi-septembre, Michelle Obama parcourt le pays pour tenter de convaincre les indécis ou les démocrates anti-Clinton. Et ils sont nombreux. Selon de récents sondages, plus d'un tiers ont l’intention de voter pour un candidat d’un 3e parti (les Libertariens ou les verts). Mardi 4 octobre, la première dame s’est rendue dans l’Université d’Etat de Caroline du Nord (North Carolina State University) qui est un Etat clé (Swing State) dans lequel les candidats sont au coude à coude. Michelle Obama, qui espère que l'héritage Obama sera préservé avec Clinton, ne manque pas de qualificatifs pour faire l'éloge de l'ancienne secrétaire d'Etat son mari.

C’est désormais bien connu, la première dame attire les foules. C’est le cas dans ce rallye de campagne de Michelle Obama à l'université d'Etat de Caroline du Nord dans la ville de Raleigh. Une longue file d’attente s’étend sur une bonne partie du campus et c’est avec enthousiasme que des centaines d’étudiants patientent pour écouter Michelle Obama.

Quel candidat a vraiment l’expérience ?

C’est pourtant le scénario du troisième homme que pourrait choisir Austin : "J’hésite encore mais je penche plutôt pour Hillary Clinton."

Selon un récent sondage, plus d’un tiers des jeunes de 18 à 29 ans ont déclaré qu’ils voteraient pour le candidat libertarien ou la candidate verte. C’est pour éviter ce risque que Michelle Obama fait la tournée des campus avec à son arrivée, toujours le même accueil de rockstar.

Le message de Michelle Obama est clair : "Je suis là car c’est très clair pour moi qu’il n’y a qu’une personne dans cette course à la présidentielle à qui on peut faire confiance avec ces responsabilités, une seule personne avec les qualifications et le tempérament pour ce job et cette personne est notre amie Hillary Clinton."

La tâche de la première dame n’est pas aisée pour autant. Elle sait que beaucoup de jeunes ne font pas confiance à Clinton. "J’espère qu’il y a des gens ici qui sont indécis. Je vous demande d’ignorer les gossips et le brouhaha et de vous demander : quel candidat a vraiment l’expérience ? Et si vous voter pour quelqu’un d’autre qu’Hillary ou si vous ne votez pas, alors vous aiderez à élire le rival d’Hillary."

L’épouse de Barack Obama encourage les jeunes à parler à leurs amis et à faire du porte-à-porte pour la campagne d’Hillary. Après son discours, beaucoup sont émus et encore plus confiants dans leur choix. C’est le cas de Johanna : "A un moment j’ai commencé à avoir les larmes aux yeux car je n’arrive toujours pas à réaliser qu’on pourrait avoir une femme présidente."

"J’étais plus une fan de Bernie, mais dès qu’elle a remporté la nomination, même si beaucoup de partisans de Bernie criaient au scandale, moi j’ai je suis avec ELLE !"

Michelle Obama espère bien convaincre de nombreux jeunes fans de Sanders de se déplacer aux urnes et voter Clinton. Même si leur vote, doit être un choix par défaut...

Clinton associée aux élites

Hillary Clinton n’est pas populaire chez les jeunes qui l’associent aux élites de Washington et critiquent son manque de charisme. Mais pour cette élection cruciale, beaucoup sont prêts à mettre de côté leurs réticences. C’est le cas d’ Hannah (19 ans) : "Je sais qu’il y a beaucoup de gens mécontents avec les deux candidats, mais moi je me dis je vais voter pour cette personne car l’autre personne me fait peur ou ne devrait pas être Président ! C’est malheureux mais c’est comme ça que je vois cette élection."

Comme beaucoup de jeunes, Hannah soutenait Bernie Sanders avant qu’Hillary Clinton ne remporte la nomination. A la base, elle n’était donc pas convaincue par la candidate démocrate. "Je ne la soutenais pas, mais maintenant on a le choix entre Hillary Clinton et Donald Trump donc je sais pour qui je vais voter."

Pour cette élection, l’indécision est particulièrement importante chez les jeunes. Comme l’illustre une autre étudiante (Gabrielle) qui s’est également décidée à soutenir Clinton. Il lui aura toutefois fallu près d’un an de réflexion. "J’étais très indécise au début, j’ai pris ma décision il y a seulement un ou deux mois. Il y avait tellement de choses sur elle dans les médias, les mensonges, les emails."

Décidée à bloquer la route à Trump, l’étudiante est frustrée de voir nombre de ses amis préférer voter pour un candidat d’un 3e parti : "Je dis à mes amis et ceux à qui me disent qu’ils vont voter pour le candidat d’un 3e parti : hey, vous allez pas nous aider comme ça."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK