"Make America Awesome": des républicains mènent campagne contre Donald Trump

Aux États-Unis, les forces anti-Trump s’activent dans une ultime tentative pour stopper l’ascension du milliardaire républicain. La popularité de Donald Trump a été confirmée avec ses 7 victoires lors du "Super Tuesday" et ce week-end il a encore remporté au moins deux États.

De nombreux républicains s’inquiètent de le voir être le candidat investi du parti. Pour beaucoup c’est un "faux" conservateur. Des groupes d’action politiques, les "Super PAC" ont donc décider d’agir, notamment en lançant une série de spots publicitaires pour attaquer le candidat avant les prochaines grandes primaires du 15 mars, en Floride et dans l’Ohio. Ils sont persuadés que Trump ne pourra pas battre Hillary Clinton s'il est le nominé.

Ruban orange

La stratégiste républicaine Liz Mair est à la tête d’un "Super PAC" anti Trump, c’est-à-dire un comité politique privé dont le but est d'aider ou au contraire de gêner des candidats. Son objectif: convaincre les Américains de ne pas voter pour le milliardaire. Sur sa veste est accroché un ruban orange, symbole de son opposition à Donald Trump : "Il n’y a pas un os de conservateur dans son corps! Et plus généralement, pourquoi est-il est dangereux pour le parti, l’Amérique et le monde? Eh bien c’est un gars qui pense qu’il n’y a aucune limite à ce qu’il pourrait faire en tant que président des États-Unis. C’est une brute, quelqu’un qui essaie de faire taire tout ceux qui le critiquent ou s’opposent à lui. Selon moi c’est une indication de quelqu’un qui à une très forte tendance à l’autoritarisme."

"Rendre l’Amérique Géniale"

Le nom de son Super PAC "Make America Awesome": "Rendre l’Amérique Géniale". Ses moyens d’actions: des spots publicitaires et les réseaux sociaux. "Dans nos spots publicitaires on dit par exemple qu’il a fait quatre fois faillite. Il ne sera pas mieux en président qu’en homme d’affaires. Et bon, je ne sais pas si on pourra l’arrêter mais tout ce que je sais c’est que nous ne pouvons pas avancer sans au moins essayer", explique Liz Mair.

Difficile d’attirer des donneurs, beaucoup craignent une vengeance de Trump. Mais le "Super PAC" de Liz a déjà enregistré une victoire ce week-end: Donald Trump a annulé sa venue lors d’un grand rassemblement de conservateurs à Washington car son "Super PAC" prévoyait une manifestation et Trump se savait persona non grata.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK