Fin de campagne aux Etats-Unis: l'importance des "Swing States"

Les "Swing States" sont en jaune sur cette carte
2 images
Les "Swing States" sont en jaune sur cette carte - © infogr.am/RTBF

Dans la dernière ligne droite avant l'élection présidentielle aux États-Unis, prévue le 8 novembre, la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump mobilisent toutes leurs forces sur les "Swing States", parfois traduits en français par États pivots ou États clés.

Ces États sont considérés comme "faiseurs de rois". Pour devenir président aux États-Unis, il faut passer par ces "Swing States". Il y en a moins d'une dizaine.

Pourquoi ? La raison est simple. Ce sont des États indécis. Contrairement aux fiefs démocrates, comme la Californie, ou aux fiefs républicains, comme l'Oklahoma, le vote dans ces États varie d'une élection à l'autre. Ce sont les Swing States qui font pencher la balance en faveur d'un candidat. C'est pour ça qu'Hillary Clinton et Donald Trump passent beaucoup de temps et dépensent beaucoup d'argent dans ces États. Toute l'attention des médias et des analystes est tournées en direction de ces États clés.

Comment expliquer leur importance?

Tout vient de la complexité du système électoral américain. Aux États-Unis, contrairement à la Belgique, les électeurs ne votent pas directement pour un candidat. Ils font leur choix parmi les grands électeurs, qui eux votent pour leur candidat à la présidentielle. C'est un système indirect.

En tout, il y a 538 grands électeurs. C'est le nombre magique pour accéder à la Maison blanche. Les États les plus peuplés possèdent le plus grand nombre de grands électeurs. Dans tous les États, à l'exception de deux, le candidat qui obtient la majorité des voix obtient tous les grands électeurs.

Aux États-Unis, on peut devenir président sans avoir obtenu le plus de voix au niveau national. En 2000, la victoire de Georges Bush sur Al Gore en est une belle illustration.

Tout est une question de chiffres. À la fin de la campagne, les candidats font leurs comptes. Ils ne se préoccupent plus des États qui leurs sont acquis. Et, font la chasse aux électeurs dans les Swing States. C'est ce que font actuellement Hillary Clinton et Donald Trump.

Quels sont les principaux Swing States?

Comme toujours dans une élection américaine, c'est une question de chiffres. Les Swing States les plus importants sont les plus peuplés. Car, ils possèdent le plus nombre de grands électeurs. La Floride, l'Ohio ou la Pennsylvanie sont les plus cités. Mais cette année, la campagne a été tellement imprévisible que tout est chamboulé.

Le discours clivant de Donald Trump et le retour du scandale des e-mails d'Hillary Clinton continue de changer la donne. En Floride, où vit une importante communauté hispanique, les électeurs penchent pour Hillary Clinton à la suite des propos racistes de Trump.

L'Ohio est aussi un exemple intéressant. Historiquement, c'est le candidat qui a toujours fait le choix pour le candidat qui allait devenir président.

Mais, aujourd'hui, tout est différent. Les sondages montrent que Donald Trump possède une confortable avance sur Hillary Clinton. Dans l'Ohio, il y a de nombreux électeurs blancs issus de la classe ouvrière. Un électorat acquis au discours de Trump. Dans ce grand chambardement, un État attire la convoitise des candidats. C'est la Pennsylvanie. Hillary Clinton et Donald Trump sont au coude à coude. Avec 20 grands électeurs, la Pennsylvanie pourrait faire pencher la balance dans un sens ou l'autre.

Dans la course à la présidentielle américaine, tout est question de mathématiques. D'où l'importance des Swing States. Mais, dans la campagne de 2016, les rebondissements se succèdent pour Hillary Clinton et Donald Trump. Et, le suspense reste intense sur l'issue de ce scrutin incertain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir